Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Universités : 43 % des vice-présidents sont des femmes, rarement en charge du numérique et de la santé

Depuis le 1er janvier 2020, plus des deux tiers des universités ont renouvelé leurs équipes présidentielles. AEF info s’intéresse ainsi à la place qu’y occupent les femmes. Où sont-elles le plus présentes ? Quelles sont leurs disciplines ? De quelles questions sont-elles chargées ? En une mandature, leur part a augmenté de 7 points, sans pour autant atteindre la parité (43 %). Tandis que Nanterre compte l’équipe de VP la plus féminisée, celle de Besançon reste très masculine. Par ailleurs, un VP numérique sur cinq est une femme, contre deux VP vie universitaire sur trois.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

SOURCES ET MÉTHODOLOGIE

 

Les informations sur la composition des équipes dirigeantes sont issues des sites internet des universités ou, dans quelques rares cas, elles ont été récupérées auprès d'elles directement. Ce recueil a été effectué courant avril 2021. Notre collecte concerne 69 universités, cumulant au total 854 vice-présidents et vice-présidentes. Parmi ces établissements, 8 universités sont des EPE, dont les règles de gouvernance s'écartent parfois des universités classiques : Cergy, Clermont, université de Paris, PSL, Paris-Saclay, UPHF, Grenoble-Alpes, Gustave Eiffel.

Nous avons exclu deux universités de notre analyse : celle de Saint-Étienne en raison de l’élection d’une nouvelle équipe présidentielle le 20 mai prochain, et le CUFR Mayotte, dont le système de gouvernance très singulier ne permettait pas la comparaison avec les autres universités ou EPE.

Quelle place les femmes occupent-elles en 2021 dans l’état-major de 69 universités françaises, et cette place a-t-elle évolué par rapport à la précédente mandature ?

La part des vice-présidentes est passée de 36 % à 43 % en une mandature

Bien qu’à ce jour minoritaires, les femmes sont 369 à occuper une fonction de VP dans les équipes présidentielles, soit 43 % de l’ensemble des vice-présidents. C’est 7 points de plus que pour la période précédente. Si l’on compare la situation avec celle des présidents d’université, la proportion est toutefois nettement plus élevée car les femmes représentent à peine 19 % de présidents (13 au total, contre 56 hommes).

Si la visualisation ci-dessous ne s’affiche pas correctement, cliquez ici.

Made with Flourish

75 % de femmes à Nanterre, très peu de vice-présidentes en Franche-Comté

Seules 21 universités, soit moins d’un tiers des établissements, dépassent la barre des 50 % de femmes parmi leurs VP.

Globalement, les universités SHS et scientifiques/médicales sont celles où les équipes sont les plus féminisées avec 44 % de vice-présidentes, contre respectivement 42 % et 43 % dans les établissements pluridisciplinaires avec ou hors santé. Les établissements droit-éco sont légèrement derrière, avec un total de 40 %.

Dans les équipes les plus fournies en nombre de VP, c’est-à-dire les 6 universités comptant plus de 20 VP, c’est à l’université Paris-Saclay que l’on retrouve le plus de femmes : 59 % des 22 VP. L’université Côte d’Azur recense 38 % de femmes dans son équipe de 21 VP, alors qu’à Aix-Marseille la parité est strictement respectée entre les 30 VP.

À l’autre extrême du spectre, dans les équipes dirigeantes resserrées, c’est-à-dire les 22 universités comptabilisant moins de 10 VP, l’université de Nîmes est celle qui présente l’équipe la moins féminisée : sur les 6 vice-présidents, il n’y a qu’une femme. À l’université Sorbonne Paris-Nord au contraire, 4 femmes sont présentes parmi les 6 membres de l’équipe présidentielle.

Toutes catégories confondues, Nanterre affiche un taux conséquent de 75 %, soit 12 vice-présidentes pour 4 vice-présidents, c’est le plus haut score. Au contraire à Besançon, seules 2 vice-présidentes siègent dans l’équipe présidentielle, aux côtés de 11 hommes. Les universités de Guyane, de Lorraine et d’Orléans se retrouvent dans la moyenne des 43 %.

 


 

Les femmes sont plus souvent VP RH ou vie universitaire

L’étude des portefeuilles qui leur sont attribués - que nous avons rassemblés en une quinzaine de catégories - montre qu’elles sont surreprésentées parmi les VP chargés des questions de vie universitaire et étudiante (64 %), de ressources humaines (55,8 %), d’insertion, d’orientation et de formation (54,8 %).

En revanche, elles sont bien plus rarement chargées du numérique (20 %), de la valorisation et des relations aux entreprises (25,6 %) ou de la santé (23,1 %), des dossiers plus fréquemment confiés à des hommes.

Parmi les VP chargés de la recherche, globalement féminisés à 41 %, il est intéressant de noter que les VP recherche "statutaires" sont à 31 % des femmes, quand les VP comprenant la recherche dans leur portefeuille mais non statutaires comptent 50 % de femmes.

Les VP chargés des relations internationales et de la culture tendent vers une relative parité, la part de femmes y variant entre 48 et 49 %.

Si l’on compare avec la période qui a précédé, la part des femmes augmente en général dans chacune des thématiques, traduisant l’augmentation globale de 7 points évoquée plus haut, mais elles semblent toujours sous-représentées dans les mêmes domaines qu’à la précédente mandature où 8,3 % des VP patrimoine/ immobilier, et 13 % des VP numériques étaient des vice-présidentes.

 


 

Les vice-présidentes sont davantage issues des AALSHS que les hommes

Enfin, de quelle discipline les 369 vice-présidentes sont-elles issues, et cela diffère-t-il de leurs homologues masculins ? Celles-ci sont surtout issues des arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales (37 %) ou des filières scientifiques et de santé (38 %). En outre, 22 % viennent des filières droit-économie, 2 % de Staps et 1 % sont des personnels Biatss.

Si le taux de vice-présidents juristes est relativement similaire (autour de 20 %), ils sont 53 % à être issus des sciences et santé, soit 15 points de plus que leurs homologues féminines, et sont 23 % à appartenir au champ ALLSHS, soit 15 points de moins qu’elles. Un écart qui reflète celui à l’œuvre au sein même des enseignants-chercheurs (lire sur AEF info).

Si la visualisation ci-dessous ne s’affiche pas correctement ou pour la voir en plus grande taille, cliquez ici.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Théophile Magoria, journaliste