Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Renault signe un avenant à l’accord mondial sur le travail à distance pour s’adapter aux modes de travail hybrides

IndustriALL et le constructeur automobile Renault ont signé, le 29 avril 2021, un avenant à l’accord-cadre mondial sur le télétravail datant de 2019 baptisé "Construire ensemble le monde du travail", indique l’union syndicale internationale dans un communiqué. Si l’accord de 2019 fixait des objectifs en matière de management, d’expression des salariés, d’équilibre des temps de vie ou encore de gestion des outils numériques, l’avenant permettra de faire la "transition d’un travail à plein temps en présentiel" à un mode de travail hybride mêlant travail présentiel et à distance. 

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Renault ouvrira une négociation sur la transformation des compétences techniques et tertiaires le 13 octobre 2020

Particulièrement touché par la crise, Renault annonçait en mai 2020 la suppression de 15 000 postes dans le monde, dont 4 600 en France (lire sur AEF info). Le constructeur annonce le 1er octobre 2020 l’ouverture d’une négociation sur la transformation des compétences techniques et tertiaires le 13 octobre. Il s’agit de l’un des chantiers définis dans un accord de méthode signé le 24 juillet dernier, outre des travaux menés sur l’avenir des usines du Nord (Maubeuge, Douai, Ruitz), de Dieppe et des Fonderies de Bretagne, et le transfert de l’activité de Choisy vers Flins. La négociation portera sur trois enjeux : "renforcer les compétences par des mesures de formation, de reconversion et de mobilité internes", "adapter les effectifs, en procédant à la réduction de 2 500 postes dans les fonctions techniques et tertiaires", et "animer au sein des métiers un dialogue social de proximité".

Lire la suiteLire la suite