Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Écoles d’ingénieurs : la Cdefi souhaite que les candidats issus des BUT soient admis en 1re année, et non en 2e

La Cdefi souhaite que les étudiants titulaires d’un BUT soient admis en 1re année du cycle ingénieur (niveau bac+3), et non pas directement en 2e année, même s’ils ont validé un diplôme d’une durée de 3 ans, indique-t-elle dans une lettre à la CTI, le 12 avril 2021. Par ailleurs, la Cdefi ne se dit pas favorable à une intégration des apprenants de 2e année de BUT, "même s’ils sont titulaires d’un DUT, en 1re année de cycle ingénieur".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
BUT : le Snesup-FSU veut remettre à l'ordre du jour "la question d’une véritable licence universitaire de technologie"

"Le contexte dans lequel se déroule aujourd’hui la réforme du Bachelor universitaire de technologie [forme que pourra prendre la LP en IUT] est impropre à sa réussite au moins pour trois raisons", écrit le Snesup-FSU le 17 juin 2020, à la veille d’une réunion de la CCN-IUT : "perdre la reconnaissance du DUT sera critique" ; "l’échéancier [2021] n’est plus soutenable" ; "l’adhésion des collègues dans les IUT est devenue très réduite". Le syndicat, qui "est allé au bout du dialogue avec l’Adiut et le ministère", appelle à signer une pétition demandant le report en 2022 de la création de ce diplôme. "Mais cela ne sera pas suffisant. Défendre les IUT et les formations qu’ils délivrent, c’est remettre à l’ordre du jour la question d’une véritable licence universitaire de technologie", écrit-il. Pour mémoire, François Germinet, président de la CCN-IUT, ne souhaite pas de report (lire ici).

Lire la suiteLire la suite