Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°650799

Les mesures d’urgence prises en 2020 sont à l’origine du quadruplement du taux de l’Ondam

La crise liée à l’épidémie de Covid intervenue moins de trois mois après l’entrée en vigueur de la LFSS 2020 a entraîné un "quasi-quadruplement" du taux de progression de l’Ondam par rapport à 2019, selon le comité d’alerte. Les 7 points de dépenses supplémentaires par rapport à +2,45 % prévus (sur la base de 200,6 Md€ en 2019) résultent "pour l’essentiel" des mesures d’urgences prises dès la fin du 1er trimestre (dotations à Santé publique France, aux établissements, IJ dérogatoires). Puis sont venus les tests, compensations financières et la première tranche de revalorisation salariale "Ségur".

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 96 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
Le déficit de la sécurité sociale réévalué à 52,2 milliards d’euros en 2020 (Gérald Darmanin)

Auditionné par les commissions des Finances et des Affaires sociales de l’Assemblée nationale, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérard Darmanin, a indiqué que le déficit de la sécurité sociale pour 2020 était désormais évalué à 52,2 milliards d’euros, contre 41 milliards d’euros il y a un mois (lire sur AEF info), un chiffre déjà bien au-delà des 28 milliards d’euros enregistrés en 2010, au plus fort de la crise financière. La variation de ces prévisions justifie, selon le ministre, de ne pas procéder à un projet de loi de financement de la sécurité sociale rectificatif. La crise sanitaire a engendré des dépenses de santé supplémentaires, avec un risque de dépassement de l’Ondam "significatif", comme le montrait le comité d’alerte de l’Ondam dans son récent avis (lire sur AEF info) ; ainsi qu’un manque à gagner en termes de recettes, du fait notamment des reports et des annulations de cotisations.

Lire la suiteLire la suite