Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Le conseil d'administration de la Cnaf rejette le projet de décret réformant les modes d'accueil de la petite enfance

La loi Asap a habilité le gouvernement à réformer les modes d'accueil de la petite enfance par ordonnance. Un projet de décret accompagnant le projet d'ordonnance a été examiné par le conseil d’administration de la Cnaf le 15 avril, qui a émis un avis défavorable. Les questions des taux d'encadrement, de la surface d'accueil du jeune enfant et de la gouvernance du dispositif ont suscité le blocage. Globalement, le texte instaure une instance locale de gouvernance intégrée des services aux familles, révise la réglementation du métier d’assistant maternel et des établissements d’accueil.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Opposé à la réforme de l’accueil de la petite enfance, Pas de bébés à la consigne demande un débat avec Adrien Taquet

Après un mouvement de grève national le 30 mars, le collectif Pas de bébés à la consigne se mobilise contre la réforme des modes d’accueil présentée par Adrien Taquet, secrétaire d’État à la Famille. Le collectif n’exclut pas un nouvel appel à la grève d’ici à l’été et demande, ce 14 avril 2021 en visioconférence de presse, à pouvoir débattre avec Adrien Taquet, lequel a répondu au collectif (lire sur AEF info). Le collectif s’oppose d’une part au taux d’encadrement proposé par la réforme, d’un professionnel pour six enfants de tous âges. Et refuse d’autre part la prise en compte des apprentis dans ce taux et la possibilité de calculer de manière annuelle et non journalière le ratio 40/60, qui concerne la part minimale de 40 % de professionnels encadrants diplômés d’État, ce qui signifie selon le collectif qu’il y aura des temps d’accueil ne respectant pas ce ratio.

Lire la suiteLire la suite