Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Un investissement de 1 % du PIB dans la protection sociale réduirait considérablement la pauvreté dans certains pays (CSI)

La Confédération syndicale internationale (CSI) présente dans un nouveau rapport publié mardi 20 avril 2021, une série d’arguments pour l’introduction d’une "protection sociale universelle". Se basant sur une simulation auprès de huit pays de chaque continent, cette étude démontre les "bienfaits" d’un investissement de 1 % du PIB dans la protection sociale sur l’économie. Qui se traduiraient, selon elle, par de la croissance économique, la création de nouveaux emplois, des rentrées fiscales, ainsi qu'une baisse de la pauvreté et la réduction des inégalités entre genre sur le marché du travail.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L’État soutient 41 projets d’associations franciliennes de lutte contre la pauvreté

Dans le cadre du plan exceptionnel de lutte contre la pauvreté doté de 100 millions d’euros (lire sur AEF info), l’État va soutenir 41 projets associatifs franciliens, parmi 576 projets régionaux retenus au total, avait annoncé hier Olivier Véran, dans le cadre plus large du plan France Relance. Ils bénéficieront d’une subvention de 6,9 millions d’euros. 6 d’entre eux sont déclinés sur plusieurs départements et les 35 autres le sont sur un département ou territoire infra-départemental, indique la préfecture d’Île-de-France ce 14 avril. "Au regard du nombre déjà très important de projets déposés pour la première vague [de sélection], les crédits sont mis à disposition par France Relance en intégralité, sans lancer de nouvel appel à projets, conformément aux directives nationales." Annoncés en juin, les prochains lauréats franciliens bénéficieront de 12,8 millions d’euros de subventions.

Lire la suiteLire la suite