Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Pour "maximiser l’effet des politiques publiques", l’Anru étend ses champs d’intervention

Agriculture urbaine, développement économique, commerce, santé, éducation… Loin de se cantonner à l’habitat et à l’urbanisme, l’Anru entend "pousser les feux le plus possible" sur des sujets connexes afin de "maximiser l’impact des politiques publiques" dans les quartiers en rénovation urbaine et d’avoir ainsi un vrai effet de transformation, ont expliqué le président de l’agence, Olivier Klein, et son directeur général, Nicolas Grivel, lors d’une rencontre organisée vendredi 16 avril 2021 par l’Ajibat, l’association des journalistes de l’habitat et de la ville.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Habitat / Urbanisme
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

L’Anru a contribué à la conception du programme Quartiers productifs lancé par la ministre de la Ville, Nadia Hai, lors du comité interministériel des villes de janvier dernier. C P.Garcon - Anru

"La rénovation urbaine doit toucher de plus en plus de champs", explique Olivier Klein, président de l’Anru, lors d’une rencontre organisée vendredi 16 avril 2021 par l’Ajibat, l’association des journalistes de l’habitat et de la ville. Le même jour, l’agence a annoncé les lauréats de la deuxième tranche de l’appel à projets Quartiers fertiles, consacrés à l’agriculture urbaine (lire sur AEF info). "Pas gadget", ce concours doit permettre, au-delà des enjeux économiques et sanitaires, de "faire venir l’innovation dans les quartiers" concernés par la rénovation urbaine, de donner une "image valorisante" de ces derniers, voire d’y expérimenter des process qui pourraient être appliqués ailleurs, dans des quartiers plus traditionnels, précise Olivier Klein, également maire DVG de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Comme l’expliquait Nicolas Grivel à AEF info en mars, "les acteurs peuvent apprendre de notre expérience et de ce qui s’y fait et s’en servir ailleurs" (lire sur AEF info).

"Avec les municipales et la crise sanitaire, nous nous demandions si nous allions garder ce projet… mais Quartiers fertiles est un vrai succès !", affirme Olivier Klein. C’est aussi "l’occasion d’intervenir aux côtés de partenaires complémentaires", explique Nicolas Grivel, directeur général de l’Anru, qui "n’aurait jamais pensé réunir le ministère de l’Agriculture, le secrétariat général à l’investissement, l’Ademe, la Banque des territoires…" autour d’un projet de l’agence, à l’image plutôt "minérale" jusque-là. Loin d'"opposer les différentes formes d’agriculture entre elles", les chambres d’agriculture, elles aussi, se sont montrées intéressées par ce projet et "une porosité entre ces différents mondes s’est installée, y compris sur les questions d’emploi et de formation", selon Nicolas Grivel pour qui "la mise en départ s’amplifie au fur et à mesure".

Alors que les quartiers prioritaires sont particulièrement affectés par les crises sanitaire et économique actuelles, il s’agit, à travers cette initiative, de "maximiser l’effet des politiques publiques" en synchronisant des actions sur différentes problématiques comme le développement économique, le commerce, l’emploi, l’éducation… pour avoir un véritable "effet levier sur les quartiers", développent Olivier Klein et Nicolas Grivel. "Il ne s’agit ainsi pas d’une fuite en avant de l’Anru mais d’une volonté, sur tous les sujets, de pousser les feux le plus possible", expliquent-ils.

Et le président de l’agence de prendre l’exemple de sa ville, Clichy-sous-Bois, dans laquelle le PNRU "n’aurait pas réussi s’il n’y avait pas eu une prise en compte de l’ensemble des acteurs" intervenant dans les zones concernées, de l’éducation (sujet sur lequel l’Anru a lancé, jeudi 15 avril, un réseau d’échanges) aux transports" (avec l’arrivée de la ligne 4 du tramway francilien).

Le développement économique, "un sujet crucial pour faire avancer les quartiers"

D’autres sujets pourraient ainsi faire l’objet d’une intervention de l’Anru dans les mois à venir mais avec toujours le même principe : "ne jamais intervenir seul", comme l’explique Nicolas Grivel. La santé d’abord, en travaillant autour des questions de l’offre de soins (l’Anru finance déjà la construction de maisons de santé dans les quartiers NPNRU) et du vieillissement de la population et des praticiens installés dans les QPV, ainsi que de l’urbanisme favorable à la santé à travers un partenariat avec l’Ademe et les agences régionales de santé.

"Il y a un autre sujet sur lequel nous devons travailler collectivement, c’est le commerce", affirme Olivier Klein qui souhaite construire "quelque chose avec la Banque des territoires" et l’ANCT (qui a repris les activités de l’ex-Epareca sur le sujet) "pour "inventer [des moyens d’action] sur le portage commercial dans le cadre du NPNRU et d’Action cœur de ville". "La fonction économique est un sujet crucial pour faire avancer les quartiers" mais travailler sur ce sujet se révèle "plus complexe que de construire des immeubles", estime Nicolas Grivel : "il ne suffit pas de décider" le développement économique d’un quartier. "Il faut des acteurs" pour intervenir et "il faut que ces acteurs tiennent dans la durée".

Pour cela, l’Anru a contribué à la conception du programme Quartiers productifs lancé par la ministre de la Ville, Nadia Hai, lors du comité interministériel des villes de janvier dernier (lire sur AEF info), rappelle-t-il. Celui-ci doit "accompagner et accélérer le développement économique des quartiers prioritaires situés dans 14 territoires d’expérimentation" et donc renforcer leur attractivité à terme, selon la ministre.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Anaëlle Penche, journaliste