Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Pour endiguer la surpopulation carcérale, le Premier ministre s’engage à élargir le parc pénitentiaire

Lors de la visite du chantier d’un centre pénitentiaire du Haut-Rhin, mardi 20 avril 2021, Jean Castex s’engage à mener à bien le plan de construction de 15 000 places de prison supplémentaires d'ici 2027. Le Premier ministre indique qu’en plus des 7 000 nouvelles places attendues pour 2022, 8 000 autres seront construites pour 2027. Avec ces annonces, Jean Castex assure lutter contre la surpopulation carcérale tout en donnant des moyens à la lutte contre la délinquance. Selon lui, le gouvernement doit refuser "l’angélisme du déterminisme social autant que la démagogie du tout répressif".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à découvrir
Sortie de crise sanitaire : les députés adoptent le projet de loi en réduisant la durée de la période transitoire

L’Assemblée nationale a adopté en première lecture, dans la nuit de mardi 11 à mercredi 12 mai 2021, le projet de loi relatif à la sortie de crise sanitaire ( lire le détail sur AEF info). Les débats ont été marqués par un "couac" sur l’article 1er du texte, d’abord rejeté par les députés, puis adopté dans la nuit après réécriture du gouvernement. Le texte met un terme à l’état d’urgence sanitaire le 2 juin. Un régime "transitoire" est mis en place jusqu’au 30 septembre, au lieu du 30 octobre comme prévu. L’exécutif ne peut, durant cette période, instaurer de confinement national mais garde la possibilité de maintenir un couvre-feu. Fixé à 21 heures à partir du 2 juin, celui-ci sera décalé à 23 heures à partir du 9 juin, sauf dans les territoires où le virus circule "activement". Le texte permet aussi la création d’un pass sanitaire, qui, malgré les controverses, n’a pas été modifié.

Lire la suiteLire la suite