Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Comment le monde académique se saisit-il de la question de l’écriture dite "inclusive" ? Tour d’horizon des pratiques

Avec la proposition de loi déposée par des députés LR, le 23 mars 2021, qui vise à "interdire et à pénaliser l’usage de l’écriture inclusive dans les administrations publiques et les organismes en charge d’un service public ou bénéficiant de subventions publiques", force est de constater que l’écriture dite "inclusive" concentre les crispations dans le débat public. Dans l’enseignement supérieur, les syndicats sont nombreux à l’utiliser lors de leurs communications publiques, mais qu’en est-il des établissements eux-mêmes ? Cette nouvelle façon d’écrire le français est-elle en train de "prendre le pouvoir à l’université", comme s’en inquiétait Le Figaro en février dernier ? Si la plupart des établissements interrogés par AEF info indiquent ne pas employer le point médian, l’écriture dite "égalitaire" (usage de termes épicènes, double flexion) entre en effet peu à peu dans les mœurs.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement