Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page

L'EUA appelle à ne pas répéter après la pandémie les erreurs de l’après-crise de 2008, avec des coupes budgétaires massives

"Les coupes budgétaires massives dans l’enseignement supérieur dans de nombreuses régions de l’Europe entre 2009 et 2012 ont des effets majeurs et durables dix ans plus tard" et certains pays européens "n’ont pas rattrapé le niveau". C’est ce que constate l’EUA qui publie le 14 avril 2021 la deuxième partie de son "Public funding observatory" 2020/2021 dont un premier volet, en octobre, dressait un tableau de l’économie des universités aux prises avec la pandémie. Pour l’association, "il est crucial que ne soient pas répétées après la pandémie les erreurs" de l’après-crise de 2008.

Évolution du financement public des universités en Europe Droits réservés - DR - EUA

Le Public funding observatory de l’EUA 2020/2021, dont un deuxième volet est rendu public le 14 avril 2021, fournit une analyse des tendances de financement à long terme sur la période allant de 2008 à 2019 et un aperçu des dernières évolutions du financement public en 2019 et 2020. Une troisième partie se concentre sur la nouvelle génération de programmes de financement de l’UE (2021-2027) et le nouveau paquet de relance de l’UE dont il explore les enjeux pour les universités.

Les données ainsi compilées proviennent de 32 systèmes universitaires en Europe. L’observatoire est accompagné d’un outil en ligne contenant l’ensemble des données sur le financement public des universités en Europe, ainsi que des fiches par pays.

En France, un niveau d'investissement inférieur à la croissance

Concernant la France, l'EUA constate un niveau d'investissement "relativement stable" depuis 2008, "avec une marge d'amélioration si l'on considère que l'augmentation des financements a été inférieure à la croissance économique". "La pression démographique reflétée par l'augmentation du nombre d'étudiants et d'employés n'a pas fait l'objet d'investissements suffisants jusqu'à présent", relève aussi l'EUA.

L'EUA souligne que la préparation et l'approbation de la nouvelle loi de programmation pour la recherche, qui doit définir le financement et l'organisation du secteur pour la période 2021-2030, a constitué "un thème de discussion important" en 2020. "La loi prévoit notamment des augmentations de financement qui passeront en premier lieu par des fonds compétitifs et contient une série de mesures relatives à la carrière du personnel", résume l'EUA.

Voici les principales données de l'EUA concernant la France :



Les principaux enseignements du rapport

  • Les données 2019 confirment une amélioration graduelle depuis 2015 avec 16 systèmes qui ont investi dans le financement public ;
  • 10 systèmes ont augmenté leur investissement à un rythme plus élevé que la croissance économique moyenne ;
  • Dans la plupart des systèmes, les tendances continuent à s’accentuer. Dans quatre pays seulement le financement augmente plus vite que le nombre d’étudiants. Les pays qui ne parviennent pas à réinvestir alors que le nombre d’étudiants augmente font face à d’énormes défis. Inversement, une chute significative du nombre d’étudiants gêne de potentiels progrès socio-économiques à venir pour certains pays ;
  • La reprise constante mais faible est mise en difficulté par la crise économique due à la pandémie qui devrait toucher le secteur à moyen long terme ;
  • Les effets de coupes budgétaires massives dans l’enseignement supérieur dans de nombreuses régions de l’Europe entre 2009 et 2012 ont des effets majeurs et durables dix ans plus tard et certains pays n’ont pas rattrapé le niveau. Il est crucial que les mêmes erreurs ne soient pas répétées après la pandémie ;
  • La cohérence et les synergies entre les différents mécanismes de financement aux niveaux européen et nationaux sont nécessaires pour soutenir les universités dans la reprise post-pandémie ;
  • Les universités ont un intérêt à s’engager au niveau national pour mettre en avant des propositions concrètes sur la façon dont le secteur peut contribuer à l’effort de reprise via le plan de relance européen ;
  • Le financement basé sur la performance et les modèles d’allocation de financement restent les thèmes les plus discutés en 2020 dans 19 systèmes ;
  • Des investissements significatifs dans certains systèmes ont aidé à réduire les écarts de financement en 2020 en comparaison à 2008 ;
  • Au long de l’année 2020, plusieurs systèmes ont mis à disposition des ressources supplémentaires pour les universités touchées par la crise ;
  • Le financement public continue à représenter la part la plus importante avec plus de 60 % du total de financement dans 11 systèmes ;
  • Les budgets pour Horizon Europe et Erasmus + ont été renforcés pour la nouvelle période budgétaire, mais un soutien continu tant au niveau national qu’européen en enseignement, recherche et innovation reste central pour la reprise économique.
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Anne Roy, journaliste