Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°650025

FNE-Formation : le ministère du Travail a conventionné avec l’ensemble des Opco pour mobiliser près de 390 M€

Le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion vient de conventionner avec dix opérateurs de compétences pour mettre en œuvre le FNE-Formation. Un processus qui s’inscrit dans le cadre de fonctionnement de ce dispositif acté pour 2021 et qui avait été lancé en janvier avec la convention signée avec l’Opco 2I. Au total, ce sont près de 390 millions d'euros qui vont être mobilisés pour financer de l’ordre de 73 000 parcours de formation.

Le ministère du Travail a finalisé les conventions de mise en oeuvre du FNE-Formation signées avec l'ensemble des Opco © Croquant

Dès le début de la crise sanitaire, le FNE-Formation a été mobilisé et renforcé pour accompagner les entreprises, d’abord celles placées en activité partielles auxquelles se sont rajoutées celles rencontrant des difficultés liées à la crise depuis le début de l’année 2021. Pour cette année, le cadre du dispositif a évolué, à la fois sur le fond mais aussi dans les modalités de gestion. Posé par une instruction du 27 janvier 2021 (lire sur AEF info), ce nouveau cadre met en place un nouveau processus de gestion du FNE-Formation directement confié aux Opco dans le cadre d’un processus de gestion national et non plus régional comme en 2020.

240 M€ engagés avec 10 Opco

Même si les opérations de communication et de construction de dossiers ont commencé, il restait à finaliser ce conventionnement entre le ministère et la plupart des opérateurs de compétences pour que le dispositif soit totalement opérationnel. C’est chose faite depuis le début du mois d’avril, le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion confirmant que la ministre, Élisabeth Borne, "a signé 10 conventions cadres avec des Opco actant la mobilisation de près de 240 millions d’euros du plan France Relance pour abonder le FNE-Formation en vue de renforcer les compétences".

Selon la rue de Grenelle, la ministre se "réjouit de la finalisation de ces nouvelles conventions qui sont une grande avancée pour encore mieux accompagner l’ensemble des secteurs d’activité impactés par la crise. Dans certains cas, la crise a été un accélérateur des mutations déjà à l’œuvre, comme la digitalisation dans le commerce, ce qui suppose de renforcer l’effort de formation." Elle estime que "le FNE-Formation permettra d’anticiper l’évolution des compétences nécessaires pour s’adapter aux nouveaux modèles en sortie de crise".

73 000 parcours financés

Une première convention avait en effet été signée dès le mois de janvier avec l’Opco 2I pour un montant total de 150 M€ devant financer environ 25000 formations (lire sur AEF info). Une autre convention avait précédemment été signée avec l’Afdas fin décembre 2020 (lire sur AEF info), mais cette dernière a dû faire l’objet d’un avenant dans la mesure où elle ne prenait pas en compte les critères du FNE-Formation mis en œuvre pour 2021. Au total, ce sont donc près de 390 M€ qui sont mobilisés au travers des conventions passées entre le ministère du Travail, de l’emploi et de l’Insertion avec les onze opérateurs de compétences.

Des financements qui devraient permettre la prise en charge d’environ 73 000 parcours de formation puisque, aux 25 000 formations prévues dans le cadre de la convention avec l’Opco 2I, s’ajoutent "de l’ordre de 48 000 parcours de formation [qui] pourront être financés dans le périmètre" des dix conventions finalisées début avril.

Priorités définies sur le terrain

Le ministère du Travail rappelle que ces conventions s’inscrivent dans le cadre de l’instruction du 27 janvier 2021 qui confie aux Opco "la responsabilité de la mise en œuvre de ce dispositif exceptionnel, du ciblage des entreprises, de la qualification de leurs besoins, du montage des solutions et leur suivi". Outre ce changement dans le mode de gestion du FNE-Formation, l’instruction du 27 janvier 2021 introduit un changement de fond dans la mesure où le dispositif a dorénavant vocation à financer des parcours de formation. Elle définit par ailleurs quatre types de parcours, comme le rappelle également le ministère :

  • des "parcours reconversion permettant à un(e) salarié(e) de changer de métier ou de secteur d’activité au sein de la même entreprise" ;
  • des "parcours certifiants permettant à un(e) salarié(e) d’acquérir un diplôme, un titre professionnel, un certificat de qualification professionnelle ou interindustrielle" ;
  • des "parcours compétences spécifiques contexte Covid-19 ayant conduit à une nouvelle organisation, de nouveaux marchés, de nouveaux procédés…" ;
  • des "parcours anticipation des mutations qui visent à permettre une bonne appropriation des outils et méthodes de travail par le/la salarié(e) : numérique, écologie et compétences métier spécifiques".

Concernant le contenu de chaque convention passée avec les Opco, le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion précise à AEF info que les priorités sont "définies sur le terrain, parcours par parcours. Chaque convention a été analysée par rapport aux enjeux du secteur avec l’objectif d’avoir des parcours plus structurés avec des finalités mieux identifiées."

La convention signée par l’Opcommerce cible ainsi trois priorités : accélérer la transformation vers l’omnicanal, repenser l’expérience client et répondre à une demande sociétale qui s’amplifie en lien avec la transformation écologique (lire sur AEF info). Pour sa part, la convention de l’Opco Atlas identifie plutôt trois secteurs prioritaires d’intervention : l’ingénierie, notamment dans l’automobile et l’aéronautique, l’évènementiel et enfin le conseil et le numérique (lire sur AEF info).

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Christophe Marty, journaliste