Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Les hôpitaux, démunis face à la souffrance des adolescents, cherchent des moyens et des financements. Exemple à Dijon.

Le nombre d’adolescents en pédiatrie, au CHU de Dijon, a bondi de 80 % ces six derniers mois. Dans l’urgence, "les infirmières se sont formées avec les collègues de psychiatrie", explique Frédéric Huet, chef de service, qui a également constitué il y a près d’un an avec le CHS une équipe mobile. Mais il attend de l’ARS des moyens supplémentaires pour mettre en place une réponse adaptée à l’enjeu. "Ce que je crains, c’est que la crise que connaissent les ados, certes liée au Covid, ne dure", dit-il.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement