Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°649163

"Le service public se transforme mais son recrutement a peu évolué", Sigrid Berger, Profil public (webinaire 6/6)

"Le service public est en pleine transformation mais ses plateformes d’emploi n’ont pas évolué", estime Sigrid Berger, présidente de la plateforme d’emploi public "Profil Public", lors d’un webinaire live organisé par AEF info ce 26 mars 2021 sur l’attractivité des métiers de la fonction publique, dans le cadre de la semaine Fonction publique 100 % digitale. Lors de cet échange, Nicolas de Saussure, chef du service du pilotage des ressources humaines de la DGAFP, et Paul-Emmanuel Grimonprez, vice-président du Réseau des écoles de service public, ont livré leurs avis sur les actions concrètes à mener.




Si la fonction publique représente toujours un emploi sur cinq en France, elle ne fait plus recette, en particulier auprès des jeunes. Mauvaise image ? Manque de communication ? Le gouvernement a décidé d’ouvrir l’accès aux concours de la fonction publique et va lancer au printemps des "Cordées du service public" dans les lycées et collèges. Il travaille également à rénover sa communication, en développant sa marque employeur, et à professionnaliser son recrutement. Autant de leviers qui doivent être mis en œuvre rapidement.

Comment améliorer l’attractivité des métiers de la fonction publique auprès des publics divers ? C’est la question posée à Nicolas de Saussure, chef du service du pilotage des ressources humaines de la DGAFP, Paul-Emmanuel Grimonprez, vice-président du Réseau des écoles de service public et directeur de l’IRA de Metz, et Sigrid Berger, présidente-fondatrice de Profil Public à l’occasion d’un webinaire organisé par AEF info ce vendredi 26 mars.

Ce dernier avait lieu dans le cadre de la semaine Fonction publique 100 % digitale organisée par AEF info du 22 au 26 mars en partenariat avec le ministère de la Transformation et de la Fonction publiques et la Casden Banque Populaire, banque coopérative de la Fonction publique.

"Plusieurs sous-questions"

"Sur l’attractivité, nous menons un chantier avec tous les ministères depuis maintenant six mois. C’était l’une de nos priorités. Objectifs : comment doter l’État des compétences nécessaires, notamment sur les métiers en tension ? Comment passer à une politique de ressources humaines qui 'fait système' et travailler sur une marque employeur de l’État", affirme Nicolas de Saussure, rappelant les nouveaux dispositifs prévus par la loi de transformation de la fonction publique d’août 2019, à commencer par l’élargissement du recours au contrat.

Ce qui implique d’aborder la question de l’attractivité de la fonction publique en traitant "plusieurs sous-questions" comme l’attractivité vis-à-vis du grand public, des jeunes, sur les métiers en tension et en direction de la fonction publique territoriale.

Identifier des publics

Pour Paul-Emmanuel Grimonprez, il importe également de travailler au niveau territorial avec les universités locales. "Les écoles du service public ont pris tardivement conscience de cette baisse de l’attractivité", reconnaît-il, alors que la baisse du nombre de candidats aux concours de la fonction publique de l’État n’est pas nouvelle. Ainsi sont-ils passés "de 575 000 en 2003 au concours externe à 227 000 aujourd’hui", souligne-t-il. "Cette problématique de l’attractivité a pu paraître secondaire voire passée inaperçue car du début des années 2000 à 2013 les effectifs de la fonction publique d’État ont diminué, entraînant une baisse des recrutements au concours externe, de 60 000 en 2002 à 24 000 en 2012", affirme Paul-Emmanuel Grimonprez.

Par conséquent, il lui "semble indispensable d’élargir le vivier des personnes susceptibles de candidater aux concours de la fonction publique". Pour cela, les écoles de service public doivent modifier leur communication et leur approche vis-à-vis du vivier potentiel. "Il s’agit pour nous d’aller vers ces publics, d’identifier ces viviers nouveaux", ajoute-t-il. Selon lui, un de ces leviers auprès des jeunes générations est le projet de cordée de la réussite des services publics qui permet d’identifier des publics dès le collège et le lycée et de sensibiliser aux métiers de la fonction publique.

Un enjeu de fidéliser les talents

Sigrid Berger, ancienne administratrice territoriale, a lancé la plateforme d’emploi "Profil Public" fin 2018 en partant justement du constat du manque d’attractivité de la fonction publique (lire sur AEF info). Selon elle, "le service public est en pleine transformation mais ses plateformes d’emploi n’ont vraiment pas évolué".

"Profil Public" est à mi-chemin entre une plateforme média et une plateforme d’emploi. Ses objectifs sont de "rendre les offres d’emploi plus attractives" et d’aider les administrations à "développer leur marque employeur" en agissant sur deux leviers : "Le levier communication […] et l’enjeu de transformation […] pour fidéliser les talents". Sa plateforme se veut être "le tiers de confiance entre le candidat et les institutions".

"Une valeur refuge" pour les demandeurs d’emploi

Autre public cible pour la fonction publique, a fortiori en période crise, les personnes en reconversion professionnelle et les demandeurs d’emploi. À cet égard, l’étude réalisée en novembre dernier par Profil public est éloquente puisque 71 % des répondants (dont 50 % ont entre 30 et 50 ans) se disent prêts à rejoindre le secteur public (lire sur AEF info). Parmi les principales aspirations, outre l’intérêt général : avoir un impact local et bénéficier d’autonomie et de flexibilité, cases que cochent notamment les collectivités locales. Des résultats cohérents avec les études menées par la DGAFP, souligne Nicolas de Saussure.

De fait, insiste Paul-Emmanuel Grimonprez, la fonction publique reste "une valeur refuge" et jouit d'"une véritable attractivité pour les demandeurs d’emploi" en particulier parce qu’elle représente "une protection de l’emploi". Selon lui, face à ce "public potentiel et fort intéressé, il faut supprimer l’image d’une fonction publique qui ne recrute plus". C’est pour cela "qu’il faut mettre en œuvre une politique active, […] les dispositifs qui existent étant tout à fait limités", poursuit-il.

Le ministère de la Fonction publique et la DGAFP en ont conscience, et ont commencé à développer une politique de partenariats, concrétisée récemment par la signature d’une convention avec Pôle emploi. Se pose également la sempiternelle question de l’évolution du 3e concours, pour le public des demandeurs d’emploi et des aspirants à la reconversion, pour lesquels la reconnaissance des diplômes et la VAE pourraient être prises en compte.

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Juliette Picard, journaliste