Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

3 % des formations pour les chômeurs ont été suspendues lors du 2e confinement contre 34 % lors du 1er (Dares)

Selon une étude dédiée aux conséquences du confinement de l’automne 2020 sur la formation des demandeurs d’emploi, publiée par la Dares lundi 22 mars 2021, près de 95 % des chômeurs ont vu leur parcours maintenu au moins partiellement et pour 79 % intégralement. Seuls 3 % des parcours ont été totalement suspendus, contre 34 % lors du premier confinement. La Dares souligne l'impact positif joué par le déploiement des parcours distanciels ou hybrides, au même titre que l’assouplissement des conditions sanitaires qui a permis de maintenir les parcours en entreprise.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
"Le nombre de salariés effectivement en activité partielle est estimé à 2,1 millions en février" 2021 (Dares)

"2,1 millions de salariés auraient effectivement été en activité partielle [soit 11 % des salariés du privé] en février 2021, après 2,3 millions en janvier 2021", observe la Dares dans sa dernière étude Acemo pendant la crise sanitaire, diffusée mercredi 24 mars 2021. "Le nombre d’heures chômées au titre de l’activité partielle s’établirait à 164 millions. Cela représenterait 77 heures par salarié en moyenne et équivaudrait donc à 1,2 million de salariés travaillant à plein temps sur le mois, soit autant qu’en janvier", ajoute la Direction. "Par ailleurs, 7 % des salariés relèvent d’une entreprise où un accord sur l’APLD est en vigueur à la date du 28 février [après 6 % fin janvier]. Au total, la part de salariés employés dans une entreprise où un accord sur l’APLD est en vigueur ou prévu est toujours de 11 %", note la Dares.

Lire la suiteLire la suite