Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page

Pour 69 % des étudiants, la crise a eu un impact sur leurs études (enquête de la MGEN)

Un renoncement aux soins "toujours assez important" et un système de santé "toujours peu connu" : tels sont les enseignements qui ressortent de l’enquête réalisée par la MGEN en partenariat avec la CPU et publiée le 12 mars 2021. Alors que 41 % des étudiants interrogés ont déjà renoncé à se soigner ou à consulter un professionnel de santé au cours de l’année, 19 % des étudiants ne connaissent pas les services de santé qui existent au sein de leur lieu d’étude et seuls 30 % y ont déjà eu recours. 4 étudiants sur 10 déclarent également ne pas connaître les repas à 1 € du Crous.

AEF - © Gw. Cx.

Selon la dernière enquête sur la santé dans le monde universitaire réalisée par la MGEN en partenariat avec la CPU et publiée le 12 mars 2021 (1), 41 % des étudiants interrogés ont déjà renoncé à se soigner ou à consulter un professionnel de santé au cours de l'année passée, d’abord pour des questions d’argent (38 %), et 31 % car les rendez-vous étaient trop longs à obtenir.

Seuls 30 % des étudiants ont déjà fréquenté leur ssu

Or, 19 % des étudiants ne connaissent pas les services de santé qui existent au sein de leur lieu d’étude, et seuls 30 % les ont déjà fréquentés, contre 64 % du personnel universitaire. L’étude souligne un "manque de sensibilisation et d’information" des étudiants en cas de problème touchant à la santé mentale, mais aussi concernant d’autres dispositifs qui leur sont dédiés : 4 étudiants sur 10 et 22 % des boursiers déclaraient ainsi ne pas connaître les repas à 1 € du Crous pour les étudiants boursiers – qui sont depuis fin janvier élargis à tous les étudiants.

L’enquête analyse également les impacts de la crise sur la santé mentale des étudiants comme des personnels. Alors que 38 % des étudiants et 45 % des personnels universitaires interrogés sont stressés quelle que soit la période, 52 % des étudiants et 57 % des personnels universitaires se déclarent plus stressés depuis la crise. 4 étudiants sur 10 se disent stressés par les confinements, et 3 sur 10 par la crise de manière générale ou par le virus en tant que tel. 47 % des membres du personnel universitaire déclarent être stressés par la crise de manière générale, et 43 % par la perte de lien social avec les collègues.

69 % des étudiants déclarent avoir eu un impact de la crise sur leurs études

36 % des étudiants déclarent avoir connu au moins un épisode dépressif ou de burn-out (contre 23 % du personnel universitaire) au cours de l’année scolaire passée et depuis le début de l’année. Les membres du personnel universitaire sont cependant significativement plus diagnostiqués pour cet épisode dépressif (37 %) par rapport aux étudiants (22 %).

Les effets de la crise se font ressentir sur les études et la capacité des étudiants à suivre leurs cours : 69 % des étudiants déclarent que la crise a eu un impact sur leurs études, dont 33 % se disent fortement impactés. Du côté des personnels, ce taux monte même à 77 %, dont 41 % fortement impactés, à cause de la difficulté à trouver un équilibre entre vie personnelle et professionnelle, mais également à cause de la perte de lien avec leurs collègues.

La crise impacte également la confiance en l’avenir pour 46 % du personnel universitaire et pour 65 % des étudiants, en raison essentiellement de craintes concernant la recherche d’emploi et de problèmes financiers.

(1) Cette étude a été menée du 17 décembre 2020 au 14 janvier 2021, auprès de 1 001 étudiants âgés de 16 à 28 ans et 858 personnels.

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Sarah Bos, journaliste