Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Déserts médicaux : le contrat de début d’exercice se veut plus "simple" pour inciter les jeunes médecins à s'y installer

Depuis quelques mois, un unique contrat destiné à inciter à l'installation en zone sous-dense, le contrat de début d’exercice (CDE) est proposé aux jeunes médecins, pour une durée de trois ans. Sophie Augros, conseillère médicale de la DGOS à l’origine de la proposition de fusion des différents contrats préexistants en un seul, a détaillé sa mise en œuvre, lors d’une visioconférence, le 22 mars 2021, en compagnie de Marine Chauvet, directrice adjointe à l’ARS de Bretagne.  Les représentants syndicaux Tiffany Bonnet (ReAGJIR) et Morgan Caillault (Isnar-IMG) ont salué ce nouveau contrat.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
France Assos Santé pointe les faiblesses de la loi santé en matière de lutte contre les déserts médicaux

Réagissant le 18 juillet à l’adoption définitive, deux jours plus tôt, du projet de loi de transformation du système de santé, l’union France Assos Santé fait état de son satisfecit sur certains points, mais aussi de ses "déceptions". Au titre des points positifs : le rôle des patients dans la formation des médecins, la place des associations d’usagers dans les plans territoriaux de santé, les missions des hôpitaux de proximité, et le maintien des Commissions des usagers dans les établissements publics qui fusionnent. France Assos Santé déplore par contre la disparition de certains points "structurants" dans le texte final, dont la meilleure prise en compte de l’annonce du handicap et le rôle des aidants dans la formation des professionnels de santé. En matière de lutte contre les déserts médicaux, France Assos Santé estime aussi que la loi est "très loin de répondre à l’enjeu".

Lire la suiteLire la suite