Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Éducation physique et sportive : des assises nationales et un livre blanc "pour penser l’EPS de demain"

Que doit être l’EPS à l’horizon 2025 ? C’est la question posée par l’ENS Rennes, qui organise des assises nationales sur ce sujet, avec son département sciences du sport et éducation physique. Ces assises se dérouleront en trois étapes. Une enquête nationale par questionnaire, ouverte à tous, permettra d’abord "de faire un état des lieux de la discipline et de se projeter sur un ensemble de propositions pour une EPS idéale". Deuxième temps : l’organisation de "bistrots pédagogiques" par des comités de pilotage académiques, entre avril et novembre 2021. L’objectif sera de creuser certaines thématiques et de réfléchir à des propositions concrètes. Enfin, une synthèse nationale de l’ensemble des propositions sera organisée à Rennes en mars 2022, et un livre blanc sera publié, pour synthétiser l’ensemble des propositions, à destination du grand public, des sphères politique et éducative.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Réforme de la formation des enseignants : la Conférence des doyens de Staps s’inquiète des places en master Meef EPS

Selon les estimations de la Conférence des directeurs et doyens de Staps, la réforme de la formation des enseignants (lire sur AEF info) diviserait par trois le nombre d’étudiants en master Meef EPS qui bénéficieraient d’un contrat d’alternance. "Les autres devant sans doute se contenter de stages d’observation, non rémunérés. Il reviendra aux universités, sur la base des résultats de M1, de désigner les heureux élus", estime la conférence. Pourtant, selon elle, "la véritable formation professionnelle ne débute que lorsqu’ils se trouvent enfin en responsabilité face aux élèves". La conférence voit alors deux solutions pour les universités : "aligner les capacités d’accueil des M2, et par voie de conséquence celles des M1, sur les 'berceaux d’accueil' définis par les rectorats" ou "pousser tous les postulants à Bac +5, en sachant qu’il s’agira d’un master à deux vitesses".

Lire la suiteLire la suite