Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Réussite aux examens : des taux similaires à l'an passé en licence, parfois en baisse en master (enquête de la CPU)

D’après les résultats d’une "enquête flash" menée dans une partie des universités et dévoilée le 18 mars 2021 par la CPU, les taux de réussite aux examens du premier semestre sont globalement identiques à ceux de l’année dernière à la même période. Ils ont cependant baissé dans "quelques établissements" en master. Tout en pointant l’accompagnement prodigué aux étudiants, la CPU défend "la qualité" des diplômes dans les universités, et demande du présentiel. "L’augmentation des capacités d’accueil serait bénéfique si elle pouvait intervenir avant les prochains examens", dit-elle.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Enquête CPU 15 mars 2021 (M) Droits réservés - DR

Les résultats aux examens du premier semestre de l'année 2020-21, pour les universités, sont globalement les mêmes que ceux de la même période, l’an dernier : c’est le résultat d’une "enquête flash" (1) menée par la CPU auprès d’une partie des universités. Les résultats ont été présentés, jeudi 18 mars 2021, lors d’une conférence de presse.

Stabilité de la participation aux examens

D’après Guillaume Gellé, VP de la CPU (université de Reims), "tous les résultats confirment une stabilité de la participation aux examens, voire, dans certains cas, une légère hausse". La tendance serait la même quelle que soit la typologie de l’université - SHS, pluridiciplinaire avec santé, pluridisciplinaire sans santé.




L1 et DUT 1 : une attention particulière. C’est une bonne surprise : contrairement à ce qui était à craindre, les résultats sont "globalement stables" par rapport aux examens du premier semestre de l’an passé. La conséquence, selon Guillaume Gellé, de l’attention particulière apportée par les équipes pédagogiques aux premières années, un "public fragile qui est passé du secondaire au supérieur, mais a aussi vécu une année de terminale particulière". La CPU met en avant les mesures d’accompagnement qui se sont mises en place progressivement : le tutorat, puis le retour en présentiel prioritaire des premières années.

Pour François Germinet, président de la commission Formation et insertion professionnelle de la CPU (CY Cergy Paris), il y a peut-être aussi un "effet contrôle continu". "La CPU a insisté auprès des présidents pour que, dans les premières années, on mette en place du contrôle continu lorsque c’était pertinent et que les équipes pédagogiques le voulaient. La relative stabilité que l’on observe en L1 pourrait venir en partie de là."

L2 et DUT 2 : Stabilité, mais un peu plus de disparités. Pour Guillaume Gellé, "on trouve à peu près le même comportement que pour les premières années, si ce n’est un peu plus de disparités". Il rappelle que ces étudiants ont déjà eu à subir un confinement l’an dernier.

L3 : surtout des examens en présentiel. "Les examens ont, dans de nombreux cas, été réalisés davantage en présentiel sur cette troisième année, afin d’évaluer le mieux possible les étudiants. La qualité s’observe sur l’ensemble d’un diplôme universitaire et pas uniquement sur un semestre", rappelle Guillaume Gellé.

Master 1 et 2 : "maintenir la qualité du diplôme". "On observe quelques établissements où la réussite a baissé", indique Guillaume Gellé. "Nous voyons peut-être là une exigence des jurys qui a été marquée, et le fait que ce diplôme est important en termes de qualité pour l’insertion professionnelle", commente-t-il. Il reconnaît que la situation pourrait "nécessiter d’accompagner les étudiants dans l’obtention de leur master". Les résultats des stages à venir pourraient compenser, en grande partie, des résultats un peu plus faibles que l’an dernier. 

Pas question de "brader les diplômes"

Interrogé sur la qualité des diplômes, Guillaume Gellé répond que "les universités n’ont pas intérêt à brader leurs diplômes". "La qualité d’un diplôme s’observe sur un ensemble de semestres et l’exigence des jurys est toujours plus forte pour les années terminales", analyse-t-il. Ensuite, les jurys "humains et souverains, sont capables d’appréhender une situation. Ils ont bien fait leur travail", estime-t-il.

Pour Manuel Tunon de Lara, si en L1 la question de distinguer "la part de mansuétude de jury et la part de l’accompagnement plus spécifique" a parfois pu se poser, dans un contexte où il fallait accompagner les primo-entrants dans le contexte du Covid, "en fin de diplômes de sortie, il n’y a pas de mansuétude".

Pour autant, la réussite ne dit rien des acquis, la totalité des programmes n’ayant pu être assurée en raison des contraintes que la crise fait peser sur les enseignements depuis le début de l’année. François Germinet reconnaît que "sur les années intermédiaires", on a observé "à certains endroits du retard". "On peut imaginer qu’un bout de cours n’ait pas pu être fait" à cause de la crise sanitaire. Du coup, l’examen a pu porter sur "80 % du programme". "Dire qu’en L1 et L2, il n’y a pas de décrochage massif ne signifie pas que tout va bien. Ce que nous disons, c’est que ça se tient, les étudiants s’accrochent, il n’y a pas péril en la demeure."

Quid des remises à niveau à la fin de l’été ?

 

Faudra-t-il des remises à niveau cet été pour les futurs arrivants à l’université ? "Dans chaque établissement, les directeurs d’études et collègues analyseront au cas par cas, pour être en capacité d’organiser quelques remises à niveau en début d’année, si nécessaire", explique Virginie Dupont, VP de la CPU. Elle espère que les tuteurs étudiants poursuivront ce rôle et accompagneront les universités dans cette démarche. François Germinet abonde : "C’est vraiment du cas par cas à la filière. Les équipes pédagogiques décideront s’il y a un peu de rattrapage à faire, comme une semaine de plus". En tout cas, rien ne justifie "une mesure nationale" ou de "décaler la rentrée", affirme Manuel Tunon de Lara.

La CPU demande du présentiel

Voici les autres points abordés lors de cette conférence de presse du bureau de la CPU.

Plus de capacités d’accueil avant les examens. "La jauge des 20 % est assez restrictive et l’augmentation des capacités d’accueil serait bénéfique si elle pouvait intervenir avant les prochains examens", déclare Guillaume Gellé. En novembre, la CPU avait tiré la sonnette d’alarme sur "le besoin de revenir sur les campus", rappelle-t-il. Si aujourd’hui, les étudiants les plus fragiles "se sont accrochés", c’est qu’ils ont pu trouver "l’accompagnement nécessaire". Aujourd’hui, "il serait extrêmement dangereux de revenir en arrière", ajoute-t-il, se déclarant toutefois "optimiste" sur la perspective de ce présentiel, car les établissements universitaires ont montré qu’ils "savaient gérer" le sanitaire. "On ne s’attend pas à ce qu’il y ait une fermeture des établissements et ce ne sont pas les signaux que nous avons aujourd’hui", déclare aussi Virginie Dupont.

Faut-il vacciner les étudiants ? L’expérience a montré que "les contaminations ne se sont pas faites au niveau des salles de cours des universités", déclare Manuel Tunon de Lara. "Nous n’avons jamais mis en avant le besoin de vacciner [les étudiants] avant les populations fragiles. Mais quand il y a un plan de vaccination nationale pour l’ensemble de la population et qu’on prépare l’année académique, on se pose la question de la vaccination au bon moment. Les étudiants n’ont pas les formes les plus graves [du Covid, mais en même temps], ce sont des forces vives qui doivent étudier et seront les prochains acteurs." Les universités sont "des opérateurs de l’État et suivent les recommandations sanitaires", déclare-t-il aussi.

Apprentissage : la CPU entendue. Par ailleurs, la CPU estime avoir été entendue sur le sujet de l’aide à l’embauche de jeunes en master en contrat d’apprentissage. Avec d’autres organisations (2), elle avait demandé le 12 mars 2021 que "le dispositif exceptionnel de soutien public à l’embauche et à l’apprentissage soit prorogé en l’état pour six mois après le 31 mars, pour tous les jeunes", alors que l’une des hypothèses du gouvernement était d’exclure les niveaux bac+5 de ces aides (lire sur AEF info). Mais le 15 mars, la 3e "conférence du dialogue social" a décidé que les aides exceptionnelles à l’embauche des alternants seraient prolongées jusqu’à la fin de l’année (lire sur AEF info ici et ici). Le 18 mars, la CPU et les signataires du communiqué du 12 mars "saluent la décision du gouvernement de prolonger les aides à l’apprentissage jusqu’à la fin de l’année 2021 pour tous les niveaux de formation" dans un nouveau communiqué commun.

Le Premier ministre a donc "tenu parole" sur les attentes des universités sur ce sujet, se félicite Manuel Tunon de Lara, mais il faudra "suivre cela sur le moyen terme". François Germinet distingue "la bataille sur le temps présent", pour que les étudiants trouvent un contrat, de celle de "demain", pour que l’université soit davantage prise en compte comme moyen de relance du pays.

Filière MMOP : 18 % de places en plus en 2e année. La CPU est interrogée sur le nombre de créations de places en 2e année des filières de santé, alors qu’un collectif national Pass/LAS 2020/2021 demande une augmentation des capacités d’accueil en deuxième année, ainsi que la possibilité de redoubler en Pass, pour éviter "une génération sacrifiée" (lire sur AEF info ici et ici).

Il y a globalement une augmentation de 18 % de places en 2e année d’études de santé pour étudiants, indique Guillaume Gellé. Cette "forte augmentation" permet de "garantir des probabilités de réussite a minima stables ou en augmentation", selon lui. "Mais il est important que ces proportions soient maintenues. Nous comprenons en revanche l’inquiétude des étudiants sur la 2e chance", ajoute-t-il. "Aucun étudiant ne doit être défavorisé par cette réforme", qu’il juge "compliquée à mettre en œuvre", même si les choses "avancent dans le bon sens" (lire sur AEF info ici et ici). Pour Manuel Tunon de Lara, "il va falloir prolonger cet effort" : "Tant qu’on n’a pas éprouvé la totalité du système sur trois ans, il est difficile de se prononcer."

(1) Le questionnaire a été envoyé à une trentaine d'universités, avec un retour exploitable pour une quinzaine d'entre elles. L'échantillon retenu représente environ 300 000 étudiants. Le taux de réussite par diplôme n'est pas disponible. La CPU précise que "l'enquête flash" n'a pas analysé les mesures de soutien aux étudiants apporté par chaque établissement. Elle ne permet donc pas de mesurer si une mesure est plus efficace qu'une autre. L'enquête se poursuit.

(2) Les signataires des communiqués des 12 et 18 mars sont la CPU, la Cdefi, la CGE, Syntec Conseil, Syntec Numérique et Syntec Ingénierie

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Catherine Buyck, journaliste