Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Santé mentale : l’assurance maladie documente la prise en charge expérimentale du coût de consultations de psychologues

Alors que la détérioration de l’état de santé psychique de la population est un sujet de préoccupation pour les soignants et les autorités sanitaires et que la Cour des comptes s’est penchée sur l’organisation des soins psychiatriques (lire sur AEF info), le conseil de l’assurance maladie a évoqué le 11 mars dernier le sujet. La Cnam a notamment fait le point sur l’expérimentation dans quatre départements de prise en charge à 100 % de séances de psychothérapie pour des troubles de santé mentale légers à modérés dans le cadre du parcours de soins coordonné par le médecin traitant.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les six priorités auxquelles devront répondre les projets territoriaux de santé mentale sont détaillées dans un décret

La DGOS appelle l'attention ce 9 août 2017 sur la parution le 30 juillet au journal officiel du décret sur les projets territoriaux de santé mentale. Pris en application de la loi de modernisation de notre système de santé de 2016, ce texte "représente une avancée majeure" ; il "est le premier texte structurant depuis une vingtaine d’années dans le champ de la santé mentale". Six priorités auxquelles doit répondre chaque projet territorial sont listées. "À travers ces priorités, c’est bien le suivi global – sanitaire, social et médico-social – de la personne dans son milieu de vie ordinaire qui est favorisé", insiste la DGOS. Le décret encourage l’organisation partenariale et coordonnée des acteurs intervenant dans les parcours de soins et de vie. Il décrit les éléments sur lesquels devront porter les diagnostics partagés précédant l’élaboration des projets territoriaux.

Lire la suiteLire la suite