Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Les 18 propositions de l'Institut Montaigne pour remédier au risque de "décrochage de l'ESR"

Le "manque de confiance entre l'État et les acteurs de terrain" est responsable d'un "décrochage de l'ESR" au même titre que la "triple crise" (sanitaire, sociale due à deux confinements, et économique), affirme l'Institut Montaigne dans un rapport intitulé "Enseignement supérieur et recherche : il est temps d'agir !", publié le 8 avril 2021. Selon le think tank, cette confiance pourrait être rétablie grâce au triptyque suivant : "une autonomie accrue pour les universités, un État davantage stratège que gestionnaire, une gouvernance universitaire aux plus hauts standards internationaux".

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les droits d’inscription à l’agenda politique ? Une note gouvernementale sur les étudiants étrangers fuite à l’AFP

Faut-il s’attendre à un débat prochain sur l’augmentation des droits d’inscription ? Plusieurs signaux concomitants autorisent à se poser la question : selon une "note gouvernementale" qui a fuité dans l’AFP, l’exécutif envisagerait d’augmenter les droits pour les étudiants extracommunautaires, préconisation également formulée par le rapporteur de la Mires. Un rapport de la Cour des comptes sur les droits dans le supérieur est également attendu (lire ici). Enfin, dans une tribune au Monde, l’économiste Alain Trannoy propose de porter les droits d’inscription en master à 3 000-5 000 € par an.

Lire la suiteLire la suite