Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

L'Urssaf propose une nouvelle offre pour "simplifier" le paiement des cotisations sociales des médecins remplaçants

Les médecins remplaçants pouvaient depuis juillet 2020 déclarer à l'Urssaf leur activité, leurs honoraires, et payer leurs cotisations sociales en ligne, annonce l’organisme ce jeudi 11 mars. Depuis le 1er janvier 2021, le dispositif a évolué pour "simplifier" les démarches. Les médecins remplaçants peuvent désormais s'immatriculer puis déclarer les honoraires rétrocédés, chaque mois ou trimestre, et payer leurs cotisations et contributions sociales correspondant aux remplacements effectués en ligne. Ce dispositif englobe à la fois les cotisations Urssaf et les cotisations retraite de la Carmf. Pour bénéficier de ce nouveau dispositif simplifié, il faut être : médecin remplaçant, effectuer exclusivement des remplacements, avoir des honoraires rétrocédés qui n'excèdent pas 19 000 € par année civile, ne pas exercer d’autre activité en tant que travailleur indépendant.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Retard de paiement des cotisations sociales : un décret baisse les taux des majorations complémentaires

"En cas de retard dans le paiement des cotisations sociales, des majorations de retard initiales et le cas échéant, complémentaires sont applicables", rappelle le site internet des Urssaf. Un décret du 9 mars 2018, publié au Journal officiel du 11 mars, "vient abaisser le taux des majorations complémentaires, passant de 0,4 % à 0,2 %". Selon la notice du décret, cette disposition s’inscrit "dans le cadre des mesures prises pour aménager un 'droit à l’erreur'" prévu dans le projet de loi pour un État au service d’une société de confiance en cours d’examen au Sénat. 

Lire la suiteLire la suite