Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

"En termes éducatifs, la postérité de la Commune de Paris est assez paradoxale" (Jean-François Dupeyron, universitaire)

À l’occasion du 150e anniversaire du début de la Commune de Paris, ce 18 mars 2021, AEF info revient sur la vision de l’éducation qu’avaient les participants et partisans de celle-ci, avec Jean-François Dupeyron, enseignant-chercheur en philosophie de l’éducation à l’université de Bordeaux, auteur de "A l’école de la Commune de Paris. L’histoire d’une autre école" (1). Si la Commune, résultat de l’insurrection parisienne, a duré 72 jours et "n’a pas pu consacrer beaucoup de budget" à l’éducation, "beaucoup d’initiatives ont pu être prises", explique le professeur. Il détaille le programme éducation de la Commune et ses "deux volets : républicain et socialiste", comprenant notamment la laïcisation de l’école et l’égalité salariale entre femmes et homme de l’enseignement. Il regrette en outre que "la Commune ait été très mal enseignée" et évoque son héritage en termes éducatifs.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement