Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page

Lutte pour l'égalité femme-homme : écoles et universités se mobilisent à l'occasion de la "journée des droits des femmes"

Nouveau poste de "doyenne associée à l’inclusivité" à Kedge BS, programme de bourses réservées à des femmes à Neoma BS, formation gratuite et réservée aux femmes à Audencia… À l’occasion de la "journée internationale des droits des femmes", le 8 mars 2021, écoles et universités ont multiplié les annonces pour démontrer leur engagement en matière de parité, de diversité, et plus généralement de lutte contre toutes les formes de discrimination. Le thème des violences sexistes et sexuelles a lui aussi donné lieu à plusieurs initiatives, dont voici un échantillon.

Campagne d'affichage de l'université Lyon dans le cadre du lancement de sa cellule anti-discrimination, harcèlement, violences sexuelles. Droits réservés - DR

Inclusivité

Kedge nomme une "doyenne associée à l’inclusivité"

Anicia Jaegler, professeur de supply chain management à Kedge BS depuis 2012 et directrice du département MOSI (Management des opérations et système d’information) depuis 2018, a été nommée "doyenne associée à l’inclusivité" de l’école par son DG, Alexandre de Navailles, le 1er mars 2021. Elle est en charge de "coordonner la dimension inclusivité dans l’ensemble des activités de formation et de recherche de l’école", ce qui inclut les questions de "handicap, genre ou égalité des chances". "Mon ambition est de faire de Kedge une école d’excellence pour tous, une école référente et exemplaire pour ses étudiants, sa faculté et son personnel, et une école qui promeut le respect d’autrui et l’ouverture d’esprit", indique Alexandre de Navailles. "Je considère l’inclusivité comme une opportunité extraordinaire pour allier les objectifs du développement durable et le développement de l’école Kedge, commente Anicia Jaegler.

Elle aura pour tâche de mener à bien ses principales missions, comme la construction d’un "index synthétique d’inclusivité", la définition et le suivi "d’indicateurs et de plan d’actions visant à renforcer l’inclusivité au sein de l’école", "la formation et l’accompagnement pour faire progresser l’ensemble de l’organisation dans une démarche de respect mutuel et d’inclusivité", "le renforcement des dispositifs d’alerte et de suivi des signalement et actions de soutien aux étudiants francophones, aux étudiants internationaux et aux collaborateurs". Elle devra aussi donner une "impulsion" en faveur d’une "prise de conscience sur l’inclusivité à l’ensemble de la communauté de Kedge".

violences sexuelles et sexistes

L’Essec ouvre un portail de signalement des violences sexuelles et sexistes

Lors de ses 4e "Gender equality days", "une semaine d’événements et de mobilisation autour de l’égalité femmes/hommes", l’Essec annonce le lancement d’un "portail de signalement en ligne pour les violences sexuelles, sexistes, mais aussi les agissements racistes ou LGBTIphobes ou toute autre forme de discrimination". Cette plateforme est mise à disposition à la fois des étudiants, professeurs et salariés du groupe et servira à "faciliter la notification de manquements et infractions à la charte du respect d’autrui à l’administration" : elle permet de "recueillir des signalements en toute confidentialité" et d' "améliorer la structuration et le traitement des enquêtes". 

L’Essec a également fait le choix de s’appuyer sur "une structure externe experte sur les sujets de respect d’autrui, et spécifiquement sur les problèmes de violences sexistes et sexuelles", indique-t-elle. "Cette structure assurera la formation des référents, la sensibilisation de l’ensemble des étudiants, mais aussi le suivi des cas les plus difficiles."

L’université Lyon-II lance une cellule anti-discrimination, harcèlement et violences sexuelles

L’université Lumière-Lyon-II a inauguré en ce début mars 2021 une cellule anti-discrimination, harcèlement, violences sexuelles et sexistes à destination des étudiants. La première étape de saisie de la cellule sera dématérialisée et accessible via l’intranet étudiant ou en direct auprès du SSU. Un rendez-vous sera ensuite proposé sous 15 jours ouvrables avec un professionnel de santé SSU ou une assistante sociale. Une offre d’accompagnement sera proposée et des démarches spécifiques seront mises en place (procédure judiciaire et/ou disciplinaire) si la situation le nécessite.

Pour faire connaître cette cellule, l’université a lancé une campagne d’affichage co-construite avec les élus étudiants. En 2019, l’établissement avait lancé une cellule d’écoute et d’accompagnement pour les personnels confrontés à une situation de souffrance au travail, de harcèlement ou de discrimination.

Mines Nancy ouvre une cellule d’écoute et de prévention autour des discriminations et du harcèlement

Dans le cadre de la mission "égalité, diversité et inclusion", Mines Nancy (université de Lorraine) crée une cellule de prévention, écoute et accompagnement autour des questions de discriminations et de harcèlement, a-t-elle annoncé courant février. Cette cellule a deux objectifs, "mettre en place des actions régulières de prévention auprès des élèves et du personnel", et "accueillir la parole, informer et accompagner les personnes victimes ou témoins de discriminations ou de harcèlement à l’école". Elle peut être saisie, par l’envoi d’un e-mail à la référente "égalité, diversité, inclusion". À terme, elle sera composée de plusieurs référent(es) parmi les élèves et le personnel (administratif et enseignant) de Mines Nancy.

égalité femme-homme

Le Réseau Pépite France et le MESRI créent un "observatoire sur les représentations entrepreneuriales liées au genre chez les jeunes de 13 à 25 ans"

L' "observatoire sur les représentations entrepreneuriales liées au genre chez les jeunes de 13 à 25 ans", porté par le Réseau Pépite France et le MESRI, entend "révéler les spécificités des représentations entrepreneuriales liées au genre afin de nourrir la réflexion sur le taux de féminisation de la création d’activité et les formes particulières qu’elle prend, mais aussi de permettre d’imaginer de nouvelles actions susceptibles de corriger ces perceptions". Cet observatoire repose sur un "groupe de travail constitué d’enseignants-chercheurs" (puis sera élargi à des acteurs associatifs et aux membres du réseau pépite) et sera, dans un premier temps, "un outil de recueil de données type baromètre, dont les analyses seront publiées chaque année".

Audencia propose une formation gratuite à la négociation salariale, réservée aux femmes

La chaire Impact positif d’Audencia et l’Institut du numérique responsable organisent à l’occasion de la journée de la Femme un atelier #NegoTraining en ligne (lire sur AEF info) avec des formatrices et formateurs de leurs réseaux respectifs, destiné à soutenir les femmes des métiers du numérique.

Cet atelier gratuit "est une façon d’agir en faveur de la transformation vertueuse de ce secteur du numérique", explique l’école, qui rappelle qu’il compte seulement 27 % de femmes dans ses effectifs, avec un écart de salaires des femmes par rapport à leurs homologues masculins de 25 %.

Neoma et la Maison Veuve Clicquot lancent un programme de bourses d’excellence pour les jeunes femmes

La Maison Veuve Clicquot s’engage auprès de Neoma BS à travers un programme de bourses, d’une durée de 3 ans, qui permettra de financer chaque année les frais de scolarité de dix étudiantes du PGE, annonce l’école. "Veuve Clicquot est une marque dont le nom évoque une pionnière parmi les femmes chefs d’entreprise. Fidèle à cet héritage, notre Maison œuvre depuis longtemps à donner de la visibilité aux profils féminins dans le monde professionnel, et à mettre en lumière des femmes qui inspirent par leur audace", explique Jean-Marc Gallot, PDG de l’établissement secondaire Veuve Clicquot Ponsardin, diplômé de Neoma et président de l’International advisory board de l’école.

Ces bourses, attribuées sur critères sociaux, financiers et académiques, couvriront l’ensemble des frais de scolarité de dix étudiantes françaises et internationales (d’origine turque, syrienne, marocaine et russe). "Neoma s’est toujours illustrée dans une démarche forte en matière d’égalité des genres", complète Delphine Manceau, DG de Neoma. "Avec le soutien de la Maison Veuve Clicquot, nous allons pouvoir aller encore plus loin, en affirmant notre action volontariste en faveur des jeunes filles talentueuses qui rejoignent notre école". En plus de la bourse d’études, ces étudiantes rencontreront des membres du comité de direction de la Maison Veuve Clicquot tout au long de leur cursus.

Des "référentes égalité" nommées au Crous Normandie

Le Crous Normandie annonce le 9 mars décider d’un "plan d’action relatif à l’égalité entre les femmes et les hommes" avec la nomination de deux "référentes égalité", l’une en charge des personnels et l’autre du public étudiant.

Ce plan est décliné en quatre axes : "évaluation, prévention et traitement des écarts de rémunération" ; "garantie de l’égal accès des femmes et des hommes aux corps, cadres d’emploi, grades et emplois de la fonction publique" ; "articulation entre vie personnelle et vie professionnelle" ; "lutte contre les violences sexistes et sexuelles, les harcèlements et les discriminations".

Des groupes de travail ont été constitués, qui ont donné lieu à des "réflexion et actions" devant être soumises au conseil d’administration du Crous le 16 mars.

écriture inclusive

Écriture inclusive : GEM adopte de nouvelles règles, mais pas le point médian

Pour "matérialiser son engagement en faveur de l’égalité femmes / hommes", GEM publie, le 8 mars, une "prise de position" concernant les différentes règles de l’écriture inclusive, alors que ce débat "s’invite depuis plusieurs mois déjà dans l’enseignement supérieur". Loïck Roche, directeur de Grenoble EM, a affirmé la position de GEM dans une communication à l’ensemble des collaboratrices et collaborateurs : 

  • "Oui à l’utilisation du féminin et du masculin lorsque ceux-ci désignent des personnes. Exemples : 'L’ensemble des collaboratrices et des collaborateurs ; les étudiantes et les étudiants.'
  • Oui à l’accord des noms de fonctions, grades, métiers et titres. Exemples : 'chercheuse, autrice, enseignante, directrice'.
  • Oui à la non-utilisation du mot générique 'Homme' avec une majuscule de prestige pour parler des femmes et des hommes, pour préférer des termes plus neutres. Exemple : parler de 'droits humains' plutôt que 'droits de l’Homme'.
  • Non au point médian permettant d’employer dans le même temps le masculin et le féminin dans un même mot car il perturbe la lecture, rend extrêmement complexe l’écriture, et disqualifie les personnes porteuses de certaines formes de handicap (dyslexie, …). Exemples : 'les candidat·e·s', 'les étudiant.e.s'."

à lire aussi
Le BNEM et la CGE lancent une charte d’engagement contre le sexisme et les discriminations

Après une première charte contre les discriminations signée en avril 2020 par les écoles de management, le Bureau national des étudiants en école de management (BNEM) annonce la création, le 23 novembre 2020, d’une charte d’engagement sur la responsabilité étudiante contre le sexisme et les discriminations, en partenariat avec la CGE (lire sur AEF info). Elle vise à "informer, sensibiliser, et cadrer pour limiter et prévenir toutes discriminations et violences au sein des écoles de management", mais a vocation à s’ouvrir à tous types d’établissements du supérieur pour qu’ils l’adaptent à leur tour d’ici janvier 2021, indique l’association. "La diffusion et signature de la charte s’inscriront dans une démarche plus globale de mobilisation, avec notamment la tenue de conférences ou encore d’ateliers de sensibilisation", précise-t-elle par communiqué.

Lire la suiteLire la suite
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Deborah Berthier, journaliste