Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page

Santé : dans certaines universités, les chances de passer en 2e année "n’ont jamais été aussi élevées" (M. Woronoff, CPU)

Depuis la rentrée 2020, les universités mettent en œuvre la réforme du 1er cycle des études de santé : si cette réforme est "très belle dans ses principes" elle est aussi "très complexe dans ses dimensions techniques", concède Macha Woronoff, présidente de la commission des questions de santé de la CPU et présidente de l’université de Franche-Comté, dans un entretien accordé à AEF info le 5 mars 2021. Les universités ont donc encore beaucoup de chantiers à mener : en premier lieu, celui de communiquer sur la réforme auprès des étudiants mais aussi de la communauté universitaire, qui doit en saisir les enjeux. En outre, les établissements afficheront les capacités d’accueil de la 2e année des filières MMOP à partir du 15 mars, après la tenue de leur CA. Sur ce sujet, selon Macha Woronoff, il n’y a pas "lieu de s’alarmer et de mettre une pression sur les universités, qui serait délétère".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Macha Woronoff, présidente de l'UFC Libre de droits

AEF info : Comment se passe la mise en œuvre de la réforme du 1er cycle des études de santé dans les universités ?

Macha Woronoff : La réforme est à la fois très belle dans ses principes et très complexe dans ses dimensions techniques. D’autant que sa mise en œuvre pâtit de la pandémie, qui rend la communication plus compliquée. Je pense que le besoin d’explication a été compris par les universités dès le départ. En revanche, en tant émetteur, nous pensions être clairs, alors que ce n’était pas forcément le cas pour les récepteurs. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a une volonté commune de régler les problèmes restants.

AEF info : Quels sont les chantiers prioritaires que devront mener les universités pour assurer la réussite de la réforme ?

Macha Woronoff : Ce qui est essentiel pour nous, c’est que tout le monde comprenne bien qu’il s’agisse d’une réforme de l’université, et non pas seulement des études de santé. Il faut donc que toutes les composantes qui ont accepté de mettre en place des LAS saisissent les enjeux de cette réforme. Chacun à un rôle à jouer pour la réussite de tous les étudiants, et pas seulement ceux qui accéderont aux filières MMOP.

L’urgence est de mettre en place les réunions des comités de suivi universitaires de la réforme pour identifier ce que nous pourrons améliorer d’ici la fin de l’année, mais surtout pour bien préparer la rentrée 2021. Car il faudra à la fois gérer l’arrivée des bacheliers en Pass et en LAS 1, mais aussi garantir un accueil de qualité aux étudiants qui rejoindront pour la première fois une LAS en 2e année.

Au niveau des contenus pédagogiques notamment, toutes les universités évalueront ce qui a été mis en place pour voir ce qui peut être modifié à la rentrée 2021.

 

"Il n’y a aucune génération sacrifiée."

 

AEF info : Le collectif national Pass/LAS 2020/2021 souhaite une augmentation de 33 % des capacités d’accueil en deuxième année des filières de santé, ainsi que la possibilité de redoubler en Pass, pour éviter "une génération sacrifiée" (lire sur AEF info). Que leur répondez-vous ?

Macha Woronoff : Déjà en Paces, tous les étudiants n’étaient pas autorisés à redoubler. Seuls ceux qui avaient un rang de classement égal à deux fois et demie le numerus clausus pouvaient accéder au redoublement. De plus, depuis ces cinq dernières années, beaucoup d’universités ont fait un énorme effort d’augmentation du numerus clausus. Cette augmentation sera prise en compte dans l’élaboration des capacités d’accueil pour la 2e année des études de santé.

Nous veillons à ce que tous les étudiants aient des chances identiques, si ce n’est supérieur, à celles qu’avaient les primants et les redoublants de Paces. Il n’y a aucune génération sacrifiée, au contraire, je dirais même, que dans certaines universités, les chances de réussite pour passer en 2e année n’ont jamais été aussi élevées. Il n’y a donc pas lieu de s’alarmer et de mettre une pression sur les universités, qui serait délétère et qui ne permettrait pas d’avancer dans la réforme avec sérénité, professionnalisme et attention portée aux étudiants.

AEF info : Pourquoi n’affichez-vous pas vos capacités d’accueil en 2e année des études de santé, comme le demande le collectif ?

Macha Woronoff : Nous sommes un état de droit : les universités doivent présenter leur capacité d’accueil d’abord à la commission de la formation et de la vie universitaire puis au conseil d’administration. Pour la plupart des universités, celui-ci se tiendra dans la semaine du 15 mars. Nous ne pouvons donc pas publier les capacités d’accueil avant le vote des administrateurs. Et nous ne pouvons pas non plus multiplier les CA car nous aurions un problème de quorum qui rendrait caduque le vote.

Nous faisons tous du mieux que nous pouvons, et nous publierons tous nos capacités d’accueil dès le CA passé. C’est inutile de mettre la pression sur ce sujet. Les présidents et présidentes d’universités sont responsables et très conscients des attentes de tous.

AEF info : Frédérique Vidal a déclaré, le 4 mars, que "tout étudiant inscrit en Pass ou en LAS aura une 2e chance". Qu’en sera-t-il dans les faits ?

Macha Woronoff : Je veux tout d’abord rappeler que les études de santé sont très difficiles : déjà en Paces, tous les étudiants ne prenaient pas leur 2e chance car ils savaient qu’ils ne pourraient pas réussir les études de santé, et préféraient alors tout de suite se réorienter. Il ne faut donc pas donner de faux espoirs, en risquant de faire perdre du temps de façon incroyable à ces jeunes. Ce n’est pas raisonnable.

Par ailleurs, un étudiant qui ne valide pas sa LAS ou sa Pass (60 ECTS) doit se réorienter sur Parcoursup pour entrer en licence 1. Il ne peut pas prendre sa seconde chance MMOP. En revanche, s’il passe en 2e année, il pourra utiliser cette seconde chance.

 

"il faudra être attentif à ouvrir suffisamment de places pour ceux qui ont réussi le Pass ou la LAS 1 sans avoir été acceptés en filières MMOP."

 

AEF info : Est-ce que tous les étudiants, qui ont validé leur Pass ou leur LAS 1, mais qui n’ont pas été acceptés en filières de santé, pourront accéder à la LAS 2 de leur choix ?

Macha Woronoff : Les universités restent autonomes, et c’est une réforme qui se déploie au niveau de chaque établissement avec des environnements différents. Nous ne pouvons pas répondre de façon univoque. Je ne pense pas que la simplification soit facteur de clarté dans ce cas-là.

Ce dont nous sommes tous conscients en tant que président et présidente, c’est qu’effectivement il faudra être attentif à ouvrir suffisamment de places pour ceux qui ont réussi le Pass ou la LAS 1 sans avoir été acceptés en filières MMOP. Nous appelons tous les présidents et présidentes à être vigilants quant à l’orientation de ces étudiants qui auront validé leurs 60 ECTS.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Julie Lanique, journaliste