Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

L'APLD connaît "une montée en charge progressive mais de faible ampleur" (Unédic)

Lancée depuis le 1er juillet 2020, l’APLD (activité partielle de longue durée) demeure encore assez confidentielle. Dans une note de fin février 2021, les services de l’Unédic observent une tendance haussière, mais au regard des demandes d’activité partielle de droit commun, la part des demandes d’APLD demeure très faible. Les changements de règles de prise en charge de l’activité partielle de droit commun attendus au 1er avril, devraient renforcer l’attractivité de ce dispositif et pourraient inciter les entreprises et les branches à négocier et à se saisir de l’APLD.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
5 % des salariés étaient dans une entreprise où un accord APLD était en vigueur fin 2020 (Dares)

"5 % des salariés se trouvent dans une entreprise où un accord sur l’APLD est en vigueur à la date du 31 décembre [après 4 % fin novembre]", 4,6 % dans une entreprise où des négociations sont en cours ou prévues et 1,4 % dans une entreprise dans laquelle il est prévu d’y recourir grâce à un accord de branche étendu. D’après l’enquête flash Acemo durant la crise sanitaire publiée mercredi 27 janvier 2021, la Dares note que "73 % [des salariés] sont dans une entreprise où il n’est pas prévu de recourir à l’APLD". "L’activité partielle se replie légèrement, le nombre de salariés effectivement en activité partielle est estimé à 2,4 millions en décembre", soit 13 % des salariés du privé. Le coût pour décembre serait de 2,0 milliards d’euros, pour un total de 27,1 milliards d’euros en 2020. Le recours à la formation pour les salariés en activité partielle est stable à 17 % en décembre.

Lire la suiteLire la suite