Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°647490

Les salariés de retour de déplacement impérieux doivent s’isoler pendant sept jours et peuvent bénéficier d’un arrêt

"Pour lutter contre la propagation du Covid-19, tout salarié relevant du régime général de retour d’un déplacement pour motif impérieux (professionnel ou personnel) doit obligatoirement s’isoler 7 jours à compter du jour de son retour", indique l’assurance maladie sur son site internet. Pendant cette période, s’il ne peut pas télétravailler, le salarié "peut bénéficier d’un arrêt de travail indemnisé" dès le premier jour. "La demande est effectuée par son employeur via un nouveau téléservice 'Déplacement pour motif impérieux' sur declare.ameli.fr."

Cette dépêche est réservée aux abonnés
Il vous reste 83 % de cette dépêche à découvrir.

  • Retrouver l’intégralité de cette dépêche et tous les contenus de la même thématique
  • Toute l’actualité stratégique décryptée par nos journalistes experts
  • Information fiable, neutre et réactive
  • Réception par email personnalisable
TESTER GRATUITEMENT PENDANT 1 MOIS
Test gratuit et sans engagement
Déjà abonné(e) ? Je me connecte
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

à lire aussi
250 000 demandes d’arrêts de travail dérogatoires pour "personnes fragiles" ont été enregistrées par l’assurance maladie

C’est l’une des premières statistiques que dévoile l’assurance maladie depuis la mise en place depuis fin mars 2020 de ce nouveau motif d’arrêt de travail dérogatoire pour les "personnes fragiles" : depuis la mise en place fin mars 2020 du téléservice de la Cnam, près de 250 000 demandes d’arrêts de ce type ont été déposées. Trois quarts de ces autodéclarations - qui ne nécessitent pas la délivrance d’un arrêt par un médecin - ont déjà été validées par l’assurance maladie. Pour 25 % des cas, l’assurance maladie a toutefois demandé aux assurés de réaliser une démarche d’arrêts auprès de leur médecin, car les informations transmises étaient "insuffisantes". En cas de validation par le médecin, ces arrêts auront toutefois une valeur rétroactive à la date de la première déclaration en ligne.

Lire la suiteLire la suite