Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Les salariés de retour de déplacement impérieux doivent s’isoler pendant sept jours et peuvent bénéficier d’un arrêt

"Pour lutter contre la propagation du Covid-19, tout salarié relevant du régime général de retour d’un déplacement pour motif impérieux (professionnel ou personnel) doit obligatoirement s’isoler 7 jours à compter du jour de son retour", indique l’assurance maladie sur son site internet. Pendant cette période, s’il ne peut pas télétravailler, le salarié "peut bénéficier d’un arrêt de travail indemnisé" dès le premier jour. "La demande est effectuée par son employeur via un nouveau téléservice 'Déplacement pour motif impérieux' sur declare.ameli.fr."

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
250 000 demandes d’arrêts de travail dérogatoires pour "personnes fragiles" ont été enregistrées par l’assurance maladie

C’est l’une des premières statistiques que dévoile l’assurance maladie depuis la mise en place depuis fin mars 2020 de ce nouveau motif d’arrêt de travail dérogatoire pour les "personnes fragiles" : depuis la mise en place fin mars 2020 du téléservice de la Cnam, près de 250 000 demandes d’arrêts de ce type ont été déposées. Trois quarts de ces autodéclarations - qui ne nécessitent pas la délivrance d’un arrêt par un médecin - ont déjà été validées par l’assurance maladie. Pour 25 % des cas, l’assurance maladie a toutefois demandé aux assurés de réaliser une démarche d’arrêts auprès de leur médecin, car les informations transmises étaient "insuffisantes". En cas de validation par le médecin, ces arrêts auront toutefois une valeur rétroactive à la date de la première déclaration en ligne.

Lire la suiteLire la suite