Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Conférence salariale du secteur non lucratif : la Croix-Rouge française, la Fehap et Nexem "déçues"

Lors de la conférence salariale des établissements et services sociaux et médico-sociaux privés à but non lucratif du 25 février 2021, la direction générale de la cohésion sociale (DGCS) a annoncé un taux d’évolution de la masse salariale à 1,2 %. Dans un communiqué du même jour, la Croix-Rouge française, la Fehap et Nexem regrettent ces annonces "qui ne prennent pas la mesure des enjeux inhérents au secteur et à son attractivité ni même des inégalités de traitement", existant entre le privé non lucratif et le public.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Fehap et Nexem demandent que les revalorisations salariales concernent tous les services d'aide et d'accompagnement à domicile

Deux principaux représentants de l’aide à domicile, la Fehap et Nexem ont adressé un courrier au Premier ministre, lundi 18 janvier 2021, pour relancer la question de la revalorisation salariale qui ne concerne pour l’heure que les SAAD associatifs (lire sur AEF info). La Fehap et Nexem réclament un "traitement équitable et synchrone" des salariés du public et du privé. Ils rappellent que les salariés du secteur privé non lucratif représentent "plus de 75 % des acteurs du sanitaire, social et médico-social". Dès lors, ils estiment qu’il serait "incompréhensible" que ces salariés soient traités "moins bien" que ceux du public. Engagés dans une "convergence des conventions collectives", les représentants demandent d’appliquer "dès maintenant" une revalorisation salariale, qu’ils estiment "essentielle à la poursuite des missions au service des personnes les plus fragiles de notre société".

Lire la suiteLire la suite