Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Ressources humaines| Dépêche n°647331

Un jeune, un mentor : Emmanuel Macron annonce un plan pour l’insertion des jeunes des quartiers prioritaires de la ville

Emmanuel Macron doit annoncer le lancement du programme "Un jeune, un mentor", lors d’un déplacement en Seine-Saint-Denis, lundi 1er mars 2021. L’objectif du président de la République est de compléter le plan "Un jeune, une solution" en mettant l’accent sur le mentorat. Une rubrique dédiée sera intégrée à la plateforme dédiée à ce volet du plan gouvernemental de relance. Il s’agit de quadrupler le nombre de jeunes concernés, qui pourraient passer de 25 000 aujourd’hui à 100 000 en 2021, puis 200 000 en 2022. Ce programme s’appuie sur le soutien aux associations du collectif "Mentorat".

Le président de la République se rend, ce lundi 1er mars 2021 à Stains, en Seine-Saint-Denis, pour un déplacement consacré à la mobilisation des entreprises pour l'accès à l'emploi. JBVNews

Emmanuel Macron se rend ce lundi 1er mars 2021 à Stains, en Seine-Saint-Denis, pour effectuer un déplacement sur l'engagement des entreprises en faveur de l'insertion professionnelle, dans le cadre du plan "Un jeune, une solution" financé par le plan de relance. Le président de la République doit annoncer le lancement du programme "Un jeune, un mentor". Le projet de l'exécutif est de quadrupler, en 2021, le nombre de jeunes ayant un mentor, c’est-à-dire de passer de 25 000 à 100 000 jeunes cette année. Avec pour objectif de parvenir à 200 000 bénéficiaires accompagnés par des actifs ou des retraités en 2022.

Le chef de l'État n'avait pas fait siennes les propositions du rapport commandé par ses soins à Jean-Louis Borloo un an après le début de son mandat. Rapport qui comprenait 19 programmes, dont un consacré à l'emploi, pour sortir les quartiers populaires de la relégation sociale et économique. L'ancien ministre de la Ville et de l'Emploi avait recommandé un "Plan Marshall pour les banlieues" massivement doté financièrement (1), à l'image du plan de rénovation urbaine dont il a été à l'initiative en 2003. Resté sans suite.

intégré à la plateforme "un jeune, une solution"

Dans le cadre du plan 'Une jeune, un mentor" présenté ce lundi par Emmanuel Macron, l’État s'engage à soutenir les associations qui développent cet accompagnement individualisé des bénéficiaires, indique l’Élysée. L’exécutif compte s’appuyer sur les associations réunies au sein du collectif "Mentorat" : Afev, Article 1, Chemins d’avenir, NQT, Télémaque, Proxité, ESA (Entraide scolaire amicale) ou Socrate. Le collectif est reste ouvert à d’autres structures, précise la présidence de la République. Tous les organismes dispensateurs du mentorat devront être labellisés par l'État.

Ce dispositif sera intégré à la plateforme "Un jeune, une solution", dans une rubrique dédiée, pour que les jeunes puissent y formuler leur souhait d’être accompagné par un mentor. La présidence de la République souligne l’importance de mobiliser tous les acteurs, en particulier le service public de l’emploi, l’Éducation nationale ou l’enseignement supérieur pour faire connaître le dispositif. L’Élysée note qu’il existe du parrainage dans les missions locales, ce qui est "déjà une forme de mentorat", et " peut être renforcé". Le programme devrait aussi être élargi à Pôle emploi.

30 millions d’euros en 2021

L’Élysée indique que le mentorat, relativement peu développé en France bien que déjà proposé à une échelle modeste par de nombreuses associations localement, repose nécessairement sur une relation qui s’inscrit dans un temps long. Le mentorat concernerait ainsi les jeunes en insertion professionnelle mais aussi les collégiens ou lycéens, en fonction des profils et des besoins. Il durerait au minimum six mois mais pourrait atteindre plusieurs années pour des jeunes accompagnés depuis la 6e jusqu’à leurs études supérieures, par exemple.

L’État va mobiliser 30 millions d’euros en 2021 pour prendre en charge le dispositif : formation, information, communication…, indique l’Élysée. Cette somme vient en complément des financements existants ("entre 5 et 10 millions d’euros" par an, selon le gouvernement) qui sont disséminés sur des lignes du ministère du Travail, de la Politique de la ville ou encore de l’Éducation/jeunesse.

Côté entreprise, l’exécutif cite notamment des travaux en cours avec Axa, Accenture, Total et BNP Paribas. L’idée est de rassembler un maximum d’entreprises qui pourront solliciter leurs salariés, qui s’engagent comme mentors à titre bénévole.

une ambition de 30 000 "entreprises s’engagent"

Au cours de son déplacement, le président de la République doit également annoncer son ambition d’atteindre 30 000 entreprises au sein du mouvement "Les entreprises s’engagent", d’ici l’été 2021. Cette initiative a été lancée par l'exécutif en juillet 2018 (lire sur AEF info), avec 100 entreprises volontaires. Selon l’Élysée, il y a actuellement 7 000 entreprises engagées, dont 2 000 sont spécifiquement mobilisées sur le plan "un jeune, une solution". En outre, la présidence de la République rappelle l’existence des 90 "clubs d’entreprises", dans tous les départements pour réunir des "entreprises de toutes tailles et de tous secteurs".

simulateur d’aide et numéro vert pour la plateforme "Un jeune, une solution"

 

Début avril 2021, la plateforme "un jeune, une solution" comportera un simulateur d’aides, fait savoir l’Élysée. Le simulateur doit être enrichi progressivement pour permettre aux jeunes de s’orienter et d’obtenir l’accompagnement et l’aide dont ils ont besoin.

En outre, ouvert à tous (employeurs, jeunes...), un numéro vert gratuit vient d'être mis en service afin d'obtenir gratuitement des précisions sur l'ensemble des dispositifs du plan porté par la plateforme gouvernementale : le 0 801 010 808.

(1) Le plan de Jean-Louis Borloo proposait un investissement public de l'ordre de 48 milliards d'euros

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Alexandra Turpin, journaliste