Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Pour lutter contre le décrochage lié à la crise, les universités revisitent les modalités du tutorat

"En temps normal, c’est-à-dire en présentiel, le décrochage se mesure à l’érosion des taux de présence durant les cours. C’est plus difficile en visio : comment savoir si l’étudiant prend des notes ou fait sa vaisselle ?", s’interroge Yann Demichel, directeur d’UFR à l’université Paris-Nanterre. Les cours à distance ont-ils favorisé l’abandon des études ? Difficile à dire, tant les situations sont diverses. Mais si le phénomène du décrochage n’est pas nouveau, il se révèle plus complexe à appréhender avec la crise et n’en est pas moins réel et préoccupant. Afin d’en limiter les risques, c’est vers des dispositifs déjà existants, notamment le tutorat, que les universités se sont tournées en apportant toutefois des évolutions, que ce soit en termes de volume ou de modalités. Le présentiel reste encore la solution la plus efficace pour rattraper les décrocheurs. 

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement