Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°646930

À la veille du CCFP, les syndicats veulent aller plus loin sur l’ouverture des concours de la haute fonction publique

Convoqué en urgence, un Conseil commun de la fonction publique se tient le 22 février 2021 pour examiner les textes relatifs à l’ouverture des concours d’accès à certaines écoles de service public. Ces textes (une ordonnance et deux projets de décret) prévoient la création à titre expérimental pour 4 ans de concours d’accès pour les candidats issus de milieu modeste et la suppression de la limitation du nombre de présentations aux concours. Si les principaux syndicats saluent l’orientation de ces textes, ils les jugent insuffisants par rapport aux enjeux d’égalité des chances.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

L'Inet, à Strasbourg. L'Inet fait partie, avec l'ENA, l'EHESP, l'ENSP et l'Enap, des cinq écoles concernées par les concours Talents. Droits réservés - DR - Pascal Bastien

Traduire rapidement en actes la parole présidentielle sur un dossier phare. Une dizaine de jours seulement après les annonces d’Emmanuel Macron à Nantes, lors d’une séquence "égalité des chances", sur l’ouverture de l’accès aux écoles de service public, se tiendra lundi 22 février une séance plénière du CCFP, convoquée en urgence. À l’ordre du jour, trois textes : un projet d’ordonnance et son décret d’application créant un concours "Talents" réservé aux élèves des prépas Talents (ex-CPI) pour cinq écoles de la haute fonction publique (ENA, Inet, ENSP, EHESP et Enap) et un projet de décret prévoyant la suppression du nombre de passages aux concours (lire sur AEF info).

Ces mesures doivent entrer en application à la rentrée 2021. Elles sont complétées par l’augmentation des places dans les futures ex-CPI de 700 à 1 700 et le doublement de l’allocation diversité de 2 000 à 4 000 euros, deux dispositions déjà entérinées dans la loi de finances pour 2021 (lire sur AEF info). Par ailleurs, la DGAFP a publié le 12 février dernier le cahier des charges de l’appel à manifestation d’intérêt pour les nouvelles classes préparatoires "Talents", dont le maillage territorial va être renforcé notamment grâce à au développement de partenariats avec les écoles de service public (dont les IRA), les universités, les CPAG et Ipag et les IEP.

"Effets d’annonce"

Si ces évolutions vont dans le bon sens, les principales organisations syndicales restent sur leur faim, certaines critiquant le procédé. "Nous nous étonnons que ces textes passent en urgence au CCFP alors que dans le même temps un chantier a été ouvert sur l’attractivité de la fonction publique [lire sur AEF info] (1). Les dispositifs pour les jeunes ayant un faible niveau de formation tels que l’Epide, le SMV ou le SMA sont absents. Les mesures annoncées sont des effets d’annonce qui ne correspondent pas aux enjeux sociétaux concernant les jeunes alors que nous avons des dispositifs qui existent", réagit Estelle Piernas, secrétaire nationale de l’UFSE-CGT.

La CFDT Fonctions publiques voit dans ces dispositions une façon d'"éviter une mesure de discrimination positive". "Nous espérons que cela va faire avancer la question de l’égalité des chances. Il y a un meilleur accompagnement avec le doublement de l’allocation diversité et une meilleure répartition à venir sur le territoire des CPI. Mais des progrès restent à faire", analyse sa secrétaire générale, Mylène Jacquot. Son organisation compte proposer de relever progressivement la proportion du nombre de lauréats pour chacun de ces nouveaux concours Talents de 15 % à 30 % du nombre de places ouvertes aux concours externes correspondants, à raison de +5 % par an.

Elle souhaite également sécuriser leur formation en prévoyant une équivalence en université (60 crédits ECTS). "Il serait aussi nécessaire que le projet de décret indique explicitement que les candidats peuvent s’inscrire à plusieurs concours", ajoute Mylène Jacquot, plaidant pour qu’un bilan de l’expérimentation soit dressé que les recrutements effectués au titre des années 2022 à 2024.

Quant au projet de décret "portant suppression des limites au nombre de présentations aux concours et examens de la fonction publique", qui ne porte que sur certains concours, la CFDT voudrait voir son périmètre concerner les corps des Mines et de l’Insee.

Absence d’éléments statistiques

Ces projets de texte ne satisfont "pas pleinement" non plus la FGF-FO, indique son secrétaire général, Christian Grolier, regrettant l’incapacité de la DGAFP à livrer des éléments statistiques lors de la réunion de présentation des textes, le 16 février. "Il serait avant tout nécessaire d’analyser pourquoi certains jeunes n’accèdent pas à ces formations. Il s’agit avant tout d’un affichage politique", fait-il valoir, s’étonnant également de l’absence des corps techniques des concours concernés. Son organisation, qui dénonce également la convocation en urgence du CCFP, a fait le choix de ne pas déposer d’amendements sur les textes mais devrait déposer deux vœux, afin notamment que le ministère fournisse des données statistiques sur les profils des candidats aux concours de la fonction publique.

Ces mesures sont "un premier pas mais ne sont pas suffisantes pour assurer une plus large ouverture de la fonction publique et faire jouer l’ascenseur social", commente de son côté Luc Farré, le secrétaire général de l’Unsa Fonction publique, appréciant le caractère expérimental des concours Talents. "Après, la question est de savoir comment vont être accueillis les 1 700 élèves des classes prépas Talents et comment ils vont être recrutés", s’interroge-t-il.

Quant à la FSU, elle pose plus largement le problème des concours par rapport aux inégalités sociales qui ne cessent de se creuser. "Nous ne pouvons que partager la visée des annonces mais pourquoi appliquer de telles mesures en urgence pour traiter ce problème de fond ? Nous voyons bien qu’il s’agit avant tout de répondre rapidement à une commande présidentielle", estime Bruno Leveder, secrétaire national du syndicat. Cet empressement risque aussi selon lui "de faire des trous dans la raquette" à l’issue de l’appel à manifestation d’intérêt lancé pour les classes prépas Talents. Le responsable syndical pose aussi la question de la rémunération des préparationnaires afin de favoriser les candidatures de jeunes défavorisés.

Pour plus de hauts fonctionnaires praticiens

 

"Nos associations soutiennent les propositions avancées qui vont dans le bon sens et contribueront à construire une haute administration plus diversifiée et plus à l’image de notre pays. Nous pensons aussi qu’il faut aller plus loin et également rechercher davantage de diversité professionnelle. Aujourd’hui les élèves de l’ENA et des autres écoles du service public sont encore trop peu nombreux à venir du terrain", estiment dans un communiqué commun diffusé ce 19 février les dirigeants de l’ENA3C, d’Intern’ENA et du French Impact (2).

Estimant que le pays à besoin "d’une majorité de hauts fonctionnaires praticiens pour répondre dès maintenant aux problèmes d’aujourd’hui", les trois associations plaident également pour une évolution de la formation des hauts fonctionnaires "vers une approche plus différenciée, tout en insistant davantage sur la construction d’alliances et de synergies nouvelles entre des porteurs de projet dans les territoires et la haute fonction publique". "De plus, la gestion des affectations et des carrières doit désormais mieux prendre en compte l’expérience et les compétences pour positionner les bons profils sur les bons postes", ajoutent-elles.

(1) Le nouveau groupe de travail qui devait se tenir sur le sujet le 9 février a été annulé et non reprogrammé.

(2) L’ENA3C promeut "l’apport à la modernisation et à la diversité de l’administration que représentent les hauts fonctionnaires issus des secteurs privé, associatif ou local entrés au service de l’État par la voie du troisième concours de l’ENA". L’Intern’ENA est une association d’élèves et d’anciens élèves de l’ENA issus du concours interne, créée en mars 2020. French Impact crée "des synergies entre les innovations sociales des porteurs de projet en territoire et haute fonction publique".

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Clarisse Jay, journaliste