Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

L’extension des revalorisations du Ségur de la Santé aux agents des structures rattachées à un établissement de santé

Une semaine après la signature de l’accord entre le ministère des Solidarités et de la Santé avec la FHF et plusieurs organisations syndicales pour étendre certaines mesures de revalorisations salariales du Ségur de la santé aux structures publiques rattachées à un établissement de santé, le décret concrétisant une de ces dispositions est paru au Journal officiel ce 17 février. Ce texte prévoit le versement à ces personnels du CTI (complément indiciaire de traitement) à partir de septembre 2020.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Ségur de la santé : le Gepso demande aussi une revalorisation pour les salariés des établissements autonomes

Le Groupe national des établissements publics sociaux et médico-sociaux (Gepso), dans un communiqué publié jeudi 11 février 2021, salue la signature le jour même d’un accord visant à étendre la revalorisation de 183 € mensuels du Ségur de la santé pour tous les salariés des structures publiques rattachées à un établissement de santé (lire sur AEF info). Mais le Gepso alerte sur le sort des 40 000 agents non paramédicaux travaillant dans une structure publique non rattachée à un établissement de santé, qui en l’état actuel des négociations, ne bénéficieront pas de cette revalorisation. Le groupement se dit "extrêmement inquiet" concernant en particulier les structures du secteur handicap et petite enfance qui risquent de se retrouver "marginalisées" et confrontée à une concurrence inégale avec des établissements publics voisins pour attirer les salariés.

Lire la suiteLire la suite