Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Formation professionnelle| Dépêche n°645405

Transitions collectives : les listes régionales de métiers porteurs arrêtées au 22 avril 2021 en métropole et outre-mer

Alors que le nouveau dispositif de Transitions collectives a été officiellement lancé le 1er février 2021, la publication des listes de métiers porteurs vers lesquels les reconversions professionnelles sont orientées se poursuit. Amenées à être complétées ou déclinées à une maille territoriale plus fine dans le courant de l’année, ces listes sont à ce jour disponibles dans les treize régions métropolitaines et trois territoires d'outre-mer. AEF info les recense (1) et tire de premiers enseignements de leur analyse.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Le métier d’aide-soignant(e) est présent dans pratiquement toutes les listes de métiers porteurs. Unsplash - Bermix Studio

"Permettre aux entreprises d'anticiper les mutations économiques de leur secteur et accompagner les salariés afin qu’ils puissent se reconvertir sur des métiers porteurs au sein de leur bassin de vie." Tel est l’objectif du nouveau dispositif des Transitions collectives (également appelées "Transco") lancé officiellement le 1er février 2021 par la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, Élisabeth Borne (lire sur AEF info). Coconstruit par les partenaires sociaux et le ministère dans le cadre du plan de relance, ce dispositif, qui bénéficie d’un budget initial de 500 M€, devrait permettre d’accompagner les reconversions professionnelles de 20 000 à 25 000 salariés dont l’emploi est menacé.

Définition des métiers porteurs

Outre cette définition du dispositif, l’instruction du 11 janvier 2021 relative au déploiement des Transco précise comment ces métiers porteurs doivent être identifiés à l’échelon régional, voire au niveau des bassins d’emploi. Définis comme "des métiers en difficulté de recrutement sur les territoires", ces métiers doivent être recensés sur des listes, l’objectif étant "d’orienter prioritairement le financement des parcours de salariés entrés dans ce nouveau dispositif vers ces métiers".

Le principe qui a présidé à la décision de mise en place des listes est double. Elles doivent à la fois "permettre au salarié qui s’engage dans la démarche d’être sécurisé sur ses perspectives d’embauches à l’issue de la formation" et à "l’État de s’assurer que la formation financée permettra une embauche rapide".

Élaboration des premières listes

Pour l’élaboration de ces premières listes, les services de l’État en région se sont appuyés sur les Crefop à la fois pour les "constituer et [les] valider". Une procédure qui avait également pour objectif de "partager les enjeux stratégiques autour du déploiement des Transitions collectives".

Le ministère du Travail recommande par ailleurs aux Crefop et Direccte de "s’appuyer notamment sur les travaux existants" listés dans l’annexe I de l’instruction du 11 janvier 2021. Ces travaux recouvrent notamment :

  • "une liste nationale de familles de métiers établie par la DGEFP reposant sur les priorités France Relance en identifiant les familles professionnelles qui connaîtront des déséquilibres (à court et moyen terme)". Les secteurs liés aux transitions numériques et écologiques (bâtiment, travaux publics et rénovation énergétique, filières de l’énergie et de la mobilité, de la biodiversité et de la protection des écosystèmes et de la dépollution, de l’agriculture et l’agroalimentaire, des métiers transverses à l’industrie et des métiers porteurs dans les filières aéronautique, automobile, pharmaceutique) ainsi que les "métiers liés à la santé", sont identifiés comme des secteurs particulièrement concernés ;
  • les listes régionales élaborées dans le cadre des Pric qui doivent "identifier 3 à 5 filières/secteurs stratégiques et porteurs [ayant] vocation à être repris dans chaque Pacte" régional ;
  • les "travaux des observatoires de branches, des Carif-Oref et des ATPro" ;
  • "les propositions issues des plateformes territoriales de transition professionnelle lorsqu’elles seront installées". Ces dernières propositions auront plutôt vocation à nourrir les évolutions des listes déjà établies.

Les conclusions des ATPro

Dans le cadre de ces travaux, l’association paritaire Certif’Pro, en tant que tête de réseau des associations Transitions Pro (les ATPro ou CPIR), a produit fin décembre 2020 une synthèse des travaux menés par ces associations pour identifier les "métiers à fortes perspectives d’emploi" dans leur territoire. Une action qui leur est imposée dans le cadre de leur mission de financement des projets de transitions professionnelles (les PTP, encore appelés CPF de transition). Elle a ainsi pu fournir au ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion des "grandes tendances consolidées au niveau national" sur ce sujet.

Il ressort que, au niveau national, huit familles de métiers sont identifiées comme pouvant être porteurs. Si certaines d’entre elles recoupent les priorités du plan de relance, ce n’est pas le cas de la totalité. Ces huit métiers/familles de métiers identifiés par les ATPro sont :

  • les "métiers de la santé, en particulier aide-soignant et infirmier" ;
  • les "métiers du service à la personne, en particulier les métiers d’assistance aux adultes (auxiliaire de vie)" ;
  • les "agents de sécurité et de surveillance" ;
  • les "métiers de la construction, du bâtiment et des travaux publics, y compris les métiers concernant les installations thermiques et sanitaires" ;
  • les "métiers du transport routier (marchandises ou voyageur)" ;
  • les "métiers de bouche (boulangers, pâtissiers, cuisiniers)". Concernant ces métiers, et plus largement tous ceux de l’hôtellerie, de la restauration et du tourisme identifiés dans certaines régions, Certif’Pro souligne toutefois qu’ils "sont actuellement frappés par la crise" ;
  • les métiers de la logistique (magasinage) ;
  • "dans l’industrie, les métiers de la maintenance sont fortement représentés".

Certif’Pro note par ailleurs qu'"il existe évidemment des spécificités régionales", comme par exemple de "forte perspective d’emploi" dans le secteur agricole en Normandie, Nouvelle Aquitaine, Occitanie, Corse, Pays de la Loire et Île-de-France. De même, les ATPro "ont repéré un certain nombre de métiers émergents, qui varient selon les régions, autour de la transition numérique et écologique notamment".

Une construction continue

En théorie, les premières listes des métiers prioritaires auraient dû être établies "pour le 28 décembre 2020", selon l’instruction du... 11 janvier 2021. Dans les faits, si certaines de ces listes régionales étaient bien dressées à cette date, cela n’a pas été le cas dans toutes les régions. Un décalage dans le temps sans réelle conséquence dans la mesure où la définition du dispositif puis la communication des résultats de l’AMI (appel à manifestation d’intérêt) lancé par le gouvernement pour identifier des projets de Transco et des plateformes territoriales ont eux-mêmes été reportés à la fin janvier (lire sur AEF info).

Par ailleurs, il est déjà prévu que ces premières listes de "métiers porteurs" soient amenées à évoluer dans les prochains mois. Elles pourront ainsi "être complétées en 2021, aussi souvent que nécessaire", mais aussi "être déclinées, […] complétées/amendées en 2021 à une maille territoriale plus fine" et en fonction de la volonté des territoires.

Les premiers enseignements des listes régionales

Une fois établie, ces premières listes de "métiers porteurs" doivent être "remontées par chaque Direccte à la DGEFP [et] publiées sur les sites des Direccte et des préfectures" - éventuellement via un arrêté préfectoral comme l’a fait la Bretagne. Mais, là encore, ce n’est pas toujours le cas. Toutefois, à partir des listes identifiées par AEF info, il est possible de tirer de premiers enseignements de ce qui se met en place à l’échelle régionale (2).




Dans les différentes régions, les stratégies mises en place par les services de l’État et les Crefop sont relativement différentes : certaines régions ont choisi de dresser des listes de métiers porteurs relativement resserrées, comme les Hauts-de-France (38 métiers porteurs et donc éligibles aux Transco), alors que d'autres ont ouvert plus largement leur liste, par exemple l’Occitanie (78 métiers) ou la Nouvelle-Aquitaine (82 métiers). La majeure partie des autres régions a identifié une cinquantaine de métiers environ. À noter, les Pays de la Loire qui ont largement ouvert leur liste avec près de 150 métiers porteurs identifiés.

Le cas Centre-Val-de-Loire

 

La Direccte Centre-Val-de-Loire fait figure d’exception : Elle est en effet la seule Direccte, du moins pour le moment, à avoir établi des listes départementales et non une liste régionale. Il est donc difficile de dresser un bilan global du nombre de métiers identifiés sur l’ensemble de ce territoire dans la mesure où certains peuvent être présents sur un ou plusieurs département(s).

Plus que "force de proposition" (lire sur AEF info), la Direccte a élaboré ces listes sur la base des priorités de la région, d’une étude de la DGEFP sur les priorités de France relance et de l'"outil 'Métiers en tension'" de la Dares et Pôle emploi.

Principales familles de métiers

En ce qui concerne les familles de métiers retenues, toutes les régions ont respecté la directive visant à suivre les priorités du plan de relance. Les secteurs du BTP, de l’industrie/métallurgie, du numérique et de la santé sont présents dans toutes les régions, avec une importance toutefois variable. Ainsi, les secteurs du BTP et de l’industrie/métallurgie sont fortement présents dans toutes les listes (avec parfois une différenciation entre ces activités et la matérialisation de métiers de l’automobile dans certaines régions). A contrario, l’importance des métiers du numérique varie, souvent en lien avec une présence forte (ou non) du secteur informatique dans certaines régions, de même que celle des métiers de la santé. Dans ce dernier champ, le métier d’aide-soignant(e) est en revanche systématiquement présent, certaines régions recherchant plus largement de la main-d’œuvre dans le champ de la santé, là où d’autres sont centrées sur cette seule profession.

Au-delà de ces secteurs priorisés dans le cadre de France relance, plusieurs autres familles de métiers se retrouvent dans une majorité de listes. Il s’agit des métiers de bouche (secteur HCR), des métiers du transport et de la logistique, des métiers liés à la gestion en entreprise, des services à la personne ou encore des métiers dans le champ de la sécurité. On peut également noter des métiers agricoles identifiés comme porteurs dans quelques régions (notamment Aura ou Bretagne avec le secteur de la pêche), ou encore des métiers du champ "études et recherche" identifiés comme porteurs en Île-de-France et dans les Hauts-de-France.

(1) Cette dépêche a été réalisée avec le concours des correspondants d'AEF info en région : Sylvain Marcelli, Pascaline Marion, Alexandra Caccivio, Sophie Esposito, Marie-Pierre Vega, Gwenaëlle Conraux, Sabine Andrieu, Diane Scherer, Cyril Duchamp.

(2) La carte est mise à jour au fur et à mesure de la publication des listes.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Astrid Gruyelle, journaliste