Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°645165

"Globalement, l'ambition et le rythme de déploiement du Plan de relance sont jugés satisfaisants" (Matignon)

Le Premier ministre, Jean Castex, a présidé le deuxième Comité national de suivi du Plan de relance, lundi 8 février 2021. Globalement, l’exécutif considère que le Plan se déroule de manière satisfaisante et poursuit la démarche de contractualisation avec les régions. Une concertation entre le ministère du Travail et les partenaires sociaux doit prochainement s’ouvrir pour examiner les suites à donner notamment aux aides figurant dans le plan Jeunes, le principal levier du volet "Cohésion sociale" du Plan de relance.

Jean Castex a présidé le 2e comité national de suivi du Plan de relance, lundi 8 février 2021. JBVNews

"Globalement, les objectifs, l’ambition et le rythme de décaissement sont jugés satisfaisants", estime-t-on à Matignon, à l’issue du 2e Comité de national de suivi du Plan de relance qui s’est tenu lundi 8 février 2021. "Les objectifs de décaissement sont atteints en 2020 et notre objectif est de continuer sur un rythme rapide tout en ne transigeant pas sur la qualité", poursuit l’entourage de Jean Castex. Pour l’heure, compte tenu notamment du fait qu’un certain nombre de mesures ne sont actives que depuis quelques semaines, il n’est pas encore question de redéployer des crédits au sein même du Plan de relance pour favoriser les mesures jugées plus efficaces.

Annoncé lors du premier Comité national de suivi, fin octobre 2020, le comité d’évaluation des mesures du plan ne sera opérationnel qu’au 1er avril et rendra ses premiers travaux "à la mi-octobre". L’ancien président du comité d’évaluation des mesures d’urgence, l’économiste Benoît Cœuré est chargé de présider ce comité d’évaluation du plan de relance acté dans la loi de finances pour 2021 (lire sur AEF info).

plan jeunes

Outre les axes Compétitivité et Écologie, le Plan de relance contient un volet "Cohésion sociale" principalement piloté par le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion. "Nous faisons le bilan de six mois d’un Plan jeunes qui porte ses fruits", explique-t-on dans l’entourage d’Élisabeth Borne. "1,2 million de jeunes de moins de 26 ans ont été embauchés en CDI ou en CDD de plus de trois mois entre août et décembre, soit presque autant qu’en 2018 et 2019 malgré le contexte." La rue de Grenelle explique ce résultat par l’entrée en vigueur des mesures d’aide à l’embauche et à l’apprentissage (lire sur AEF info).

Et de confirmer que "pour la suite, que ce soit pour la prime à l’embauche ou à l’apprentissage, des concertations seront ouvertes prochainement avec les partenaires sociaux pour examiner les différents besoins". Initialement, les aides à l’embauche étaient censées s’arrêter au 31 janvier et ont été prolongées jusqu'au 31 mars (lire sur AEF info). D’après les annonces d’Élisabeth Borne, l’aide à l’apprentissage et au contrat de professionnalisation devrait aller au-delà du 28 février et se terminer aussi au 31 mars ; un décret doit encore être pris pour effectivement prolonger la disposition. Dans ce même Plan de relance, l’aide à l’embauche des travailleurs handicapés en vigueur depuis le 1er septembre dernier est d’ores et déjà prolongée jusqu’au 30 juin prochain. Observant "une montée en puissance plus progressive", le ministère décompte "plus de 300 demandes d’aide déposées en semaine 4", soit fin septembre-début octobre.

cinq accords régionaux signés

Pour l’heure, cinq accords ont été signés avec les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne Franche-Comté, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Pays-de-la-Loire et Occitanie ; le Premier ministre doit signer celui avec la région Centre Val-de-Loire le week-end prochain. Parallèlement, cinq accords territoriaux sont signés ou en phase de l’être avec les territoires d’outre-mer. "Le but est d’engager un maximum de ressources dans ce cadre contractualisé d’ici la fin de 2021", explique Matignon.

Du côté de Régions de France, on indique que "onze Régions ont d’ores et déjà voté un accord de relance" et que "les Régions ont engagé dans ce cadre 10 milliards d'euros sur les deux premières années, soit la moitié de la somme totale prévue par l’accord de partenariat sur 2021-2027". Le président de l’association des collectivités régionales, Renaud Muselier (LR) "a insisté pour que les sous-préfets à la relance inscrivent bien leur action dans le cadre de ce partenariat régional" et a "demandé que le gouvernement relance l’expérimentation sur la gouvernance de Pôle emploi dans chaque région pour orienter les demandeurs d’emploi vers les formations les plus pertinentes".

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Jérôme Lepeytre, journaliste