Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Fonction publique| Dépêche n°645161

Les DGS et DGA de collectivité territoriale ou d’EPCI ne sont pas éligibles aux fonctions de représentant du personnel

Le directeur général des services d’une collectivité territoriale ou son adjoint, qui exercent un emploi fonctionnel, peuvent-ils représenter les personnels au sein du comité technique ? Non, retient le Conseil d’État le 26 janvier 2021 dans une décision qui sera publiée aux tables du recueil Lebon. En effet, "ils doivent être regardés, eu égard à la nature particulière de leurs fonctions, comme ayant vocation à représenter la collectivité ou l’établissement employeur", précisent les hauts magistrats.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Selon le Conseil d’État, les DGS ou de DGA d’une collectivité locale ou d’un EPCI "doivent être regardés comme ayant vocation à représenter la collectivité ou l’établissement employeur". © Conseil d''Etat

Le Conseil d’État, saisi par le syndicat CFDT Interco du Calvados, censure le 26 janvier 2021 la cour administrative d’appel de Nantes qui avait refusé d’annuler l’élection des représentants du personnel au comité technique de la communauté de communes Cœur Côte Fleurie. Les hauts magistrats considèrent que la présence de la directrice générale adjointe des services de la communauté de communes sur une liste présentée pour l’élection a entaché d’irrégularité les opérations électorales.

À l’issue du scrutin organisé en vue de constituer le comité technique, 45 suffrages sur les 71 exprimés se portent sur le SNDGCT Normandie, qui obtient deux sièges, et 26 voix sur la liste de la CFDT, qui se voit attribuer un siège. La CFDT conteste en vain ces résultats devant le président du bureau central de vote, avant de saisir le juge administratif. Elle critique la liste présentée par le SNDGCT en mettant en cause son indépendance par rapport à la communauté de communes. La déléguée de la liste est en effet la directrice générale adjointe des services de l’EPCI.

"Chambre d’enregistrement"

"Exerçant dans un emploi fonctionnel, on voit mal cette personne se positionner contre une décision de l’exécutif de l’établissement, le comité technique devenant une simple chambre d’enregistrement des décisions prises par les exécutifs des communes composant cet établissement", soutient le syndicat devant le juge administratif.

La cour administrative d’appel de Nantes rejette cet argument. Elle considère que "la circonstance, qui ne correspond à aucun cas d’inéligibilité prévue par les dispositions applicables, que la déléguée de la liste présentée par le SNDGCT" soit DGA de la communauté de communes "n’entache pas d’irrégularité les opérations électorales litigieuses". Elle "ne caractérise, par elle-même, aucune atteinte à l’indépendance de l’organisation syndicale en cause", poursuit la CAA.

Nature particulière des fonctions

Telle n’est pas l’analyse du Conseil d’État. Pour les hauts magistrats, "les agents détachés ou recrutés sur un emploi fonctionnel de directeur général ou de directeur général adjoint des services d’une collectivité territoriale ou d’un établissement public de coopération intercommunale" ne "peuvent se porter candidats aux élections des représentants du personnel au sein du comité technique". En effet, "ils doivent être regardés, eu égard à la nature particulière de leurs fonctions, comme ayant vocation à représenter la collectivité ou l’établissement employeur".

Dès lors, la CAA a "commis une erreur de droit" en "jugeant que la présence de la directrice générale adjointe des services de la communauté de communes Cœur Côte Fleurie, sur une liste présentée pour l’élection des représentants du personnel au comité technique n’avait pas entaché d’irrégularité les opérations électorales litigieuses".

L’arrêt est annulé, et l’affaire renvoyée devant la cour administrative d’appel pour être réexaminée.

Le Conseil d’État adopte ici une solution comparable à celle qui prévaut pour les personnels relevant du code du travail, où les cadres salariés exerçant une partie importante des prérogatives de l’employeur ne sont pas éligibles aux IRP.

Conseil d’État, 26 janvier 2021, n° 438733, mentionné aux tables du recueil Lebon

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Lucy Bateman, journaliste