Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°645155

La Fehap, Nexem et La Croix-Rouge réclament 1,9 Md€ pour élargir le Ségur de la santé à tout le secteur médico-social

La Fehap, Nexem et la Croix-Rouge organisaient ce 8 février 2021 une conférence de presse pour "alerter" sur la situation de blocage dans les négociations menées dans le cadre de la mission Laforcade, chargée d’établir un plan de revalorisation des métiers du secteur social et médico-social. Alors que les pouvoirs publics tentent une revalorisation segmentée par métiers, les organisations d’employeurs revendiquent une extension des mesures de revalorisation salariale du Ségur de la santé à tous les professionnels du social et médico-social non lucratif. Le coût annuel est estimé à 1,9 Md€.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Les organisations d'employeurs non-lucratifs revendiquent notamment une revalorisation pour l'ensemble des professionels travaillant dans les établissements dédiés aux personnes handicapées. Pexels - Photo de Marcus Aurelius provenant de Pexels

En introduction de la prise de parole organisée ce 8 février 2021, Marie-Sophie Desaulle, présidente de la Fehap, souligne que cette conférence de presse fait directement suite à la troisième réunion de la mission Laforcade, tenue jeudi dernier.

Pour rappel cette mission lancée à l’automne 2020 et confiée à l’ancien directeur général de l’ARS d’Aquitaine, Michel Laforcade, vise à établir un nouveau plan de revalorisation des métiers du soutien à l’autonomie, dans la continuité des travaux menés en 2019 avec la mission El Khomri (lire sur AEF info). Lors de la précédente réunion, fin janvier, la Fehap, Nexem et la Croix-Rouge avaient déjà alerté sur le cadre trop restreint, selon eux, de la marge de négociation accordée à la mission Laforcade (sur AEF info).

À l’issue de cette dernière réunion du 3 février, les fédérations d’employeurs du secteur non-lucratif réitèrent donc leurs critiques, et s’adressent désormais plus directement au gouvernement pour "alerter" sur la situation de certains secteurs, notamment dans le domaine du handicap. Pour Marie-Sophie Desaulle, l’objectif de cette nouvelle conférence de presse consiste donc bien à interpeller le gouvernement pour "vraiment donner des marges d’arbitrage à la mission Laforcade, de sorte qu’il y ait vraiment quelque chose à négocier".

600 000 salariés nécessitant une revalorisation

Selon les fédérations employeurs, à ce stade, les membres de la mission, en lien avec la DGCS, n’auraient proposé qu’une revalorisation salariale sur un nombre limité de métiers du secteur social et médico-social - dont les métiers de soignants dans les établissements dédiés aux personnes handicapées, qui étaient jusqu’ici exclus des mesures du Ségur de la santé. Selon les fédérations d’employeurs, seulement 57 000 emplois seraient concernés par ces propositions.

Or la Fehap, Nexem et la Croix-Rouge réfutent l’idée d’une négociation cloisonnée métiers par métiers. Ces organisations estiment plutôt que ce sont tous les métiers des secteurs du handicap, de la petite enfance et de l’inclusion sociale qui devraient aussi bénéficier de la mesure phare du dernier Ségur de la Santé - à savoir une revalorisation salariale équivalente à 183 € mensuels. Au total, sur le seul secteur non-lucratif, ce sont ainsi près de 600 000 salariés qui nécessiteraient une revalorisation salariale. Selon les estimations des trois organisations, le coût annuel de cette mesure s’élèverait à 1,9 Md€, à répartir entre les différents financeurs intervenant sur ces champs d’activité.

"Tous ces professionnels contribuent à la cohésion sociale, qui est plus que jamais nécessaire en cette période de crise sanitaire et peut être bientôt sociale", plaide ainsi le président de Nexem, Alain Raoul, en dénonçant dans le même temps une "discrimination par rapport au secteur sanitaire. 

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Grégoire Faney, journaliste