Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Les alertes sur les jeunes en CFA sans contrat se multiplient, mais les solutions se font attendre en Île-de-France

En Île-de-France, les jeunes en CFA sans employeur entrés dans le sas des six mois mis en place dans le cadre du plan de relance seraient environ 18 500 au 1er février 2021, selon les chiffres de Défi Métiers, le Carif-Oref francilien. Face à ce constat, les Urif CGT et FO alertent sur l’urgence d’agir. Tandis que la Direccte francilienne travaille d’abord au placement des jeunes auprès d’un employeur, la région propose de les réorienter vers l’offre de formation professionnelle continue régionale. L’Ardir Île-de-France appelle quant à elle à prolonger ce sas jusqu’à l’été.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les aides à l’embauche en CDI ou CDD d’au moins 3 mois et en alternance prolongées jusqu’à fin mars (Élisabeth Borne)

Les aides exceptionnelles de l’État pour soutenir l’emploi des jeunes "sont prolongées jusqu’à fin mars" 2021, a confirmé la ministre du Travail lors du lancement de la campagne de communication du plan "1 jeune, 1 solution", le 11 janvier 2021. L’annonce concerne la prime à l’embauche des jeunes de moins de 26 ans en CDD d’au moins trois mois ou en CDI, et pouvant atteindre un montant maximum de 4 000 € sur un an pour une rémunération inférieure ou égale à deux fois le Smic. En vigueur depuis le 1er août, le dispositif était censé s’éteindre après le 31 janvier. Élisabeth Borne confirme également le prolongement jusqu’à fin mars des aides de 5 000 ou 8 000 € selon l’âge du bénéficiaire pour les recrutements en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. Le dispositif devait prendre fin le 28 février. À ce jour, 349 000 demandes ont été effectuées pour ces contrats en alternance.

Lire la suiteLire la suite