Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

La Cour de cassation précise l’articulation entre négociation et mise en place du vote électronique

Ce n’est qu’à l’issue d’une tentative loyale de négociation d’un accord collectif que l’employeur peut prévoir par décision unilatérale la possibilité et les modalités d’un vote électronique, décide la chambre sociale de la Cour de cassation dans un arrêt du 13 janvier 2021 qui sera publié au rapport annuel. Les hauts magistrats ajoutent toutefois qu’en l’absence de délégué syndical dans l’entreprise, à défaut d’accord collectif possible, l’employeur peut décider du recours au vote électronique par décision unilatérale sans tenter une négociation dérogatoire.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
La Cnil consulte sur le vote électronique pour améliorer la prise en compte de la sécurité dans ses recommandations

La Cnil annonce qu’elle lance une consultation auprès des professionnels concernant le vote par correspondance électronique "afin d’améliorer la prise en compte de la sécurité dans ses recommandations" relatives à ce système de vote. La Commission a émis dès 2003 une recommandation sur la sécurité des systèmes de vote électronique, mise à jour par une délibération n° 2010-371 du 21 octobre 2010. "Au vu de l’évolution des technologies, de la démocratisation du recours au vote électronique pour des élections aux enjeux très hétérogènes et enfin, des retours terrain", la Cnil pointe dans un communiqué du 13 janvier 2016 des "axes d’amélioration possibles". Elle envisage notamment "une doctrine à plusieurs niveaux de sécurité" afin de "mieux répondre à la diversité des scrutins", considérant que les élections "dans une TPE ou dans une société du CAC 40" sont des "exemples à distinguer".

Lire la suiteLire la suite
La sanction par la Cnil d’une société pour défaut de sécurité du vote électronique est confirmée par le Conseil d’État

Le Conseil d’État confirme le 11 mars 2015 la décision de la Cnil d’infliger à Total Raffinage Marketing un avertissement public relatif à des manquements de cette société à son obligation d’assurer la sécurité et la confidentialité des données personnelles utilisées dans le cadre d’un vote électronique. Pour les hauts magistrats, le fait que les opérations de traitement des données aient été confiées à un sous-traitant ne décharge pas la société en tant que "responsable de traitement" de sa responsabilité de préserver la sécurité de ces données. Le Conseil d’État rappelle également l’obligation de soumettre le système de vote électronique à une expertise indépendante avant sa mise en œuvre, de procéder au chiffrement ininterrompu des bulletins de vote, et d’assurer la confidentialité des moyens d’authentification, laquelle ne peut être assurée par l’envoi des codes d’accès par courriel.

Lire la suiteLire la suite