Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°642589

La HAS confirme la priorité des populations âgées et exposées au virus pour la vaccination par le vaccin Pfizer BioNTech

La HAS rend ce jeudi 24 décembre 2020 un avis sur le recours au vaccin Comirnaty® à ARNm pour prévenir la Covid-19, soit le 1er vaccin à obtenir son AMM de l’EMA le 21 décembre. Au vu des données cliniques fournies par les laboratoires Pfizer et BioNtech et de l’AMM octroyée lundi, elle confirme ses recommandations vaccinales du 30 novembre sur la stratégie vaccinale. Les personnes de plus de 75 ans et celles qui les aident dans les structures d’hébergement demeurent prioritaires au vu des données de tolérance et d’efficacité, et ce même si les + de 75 ans étaient peu nombreux dans ces essais.

La vaccination contre le Sars-Cov-2 toujours recommandée en priorité pour les personnes âgées et les accompagnants après l'AMM du premier vaccin donnée par l'EMA le 21 décembre 2020

Pas de changements pour l’instant dans la stratégie vaccinale élaborée progressivement par la HAS au vu des données cliniques des essais de phase III qui ont servi de base à l’AMM accordée en début de semaine au vaccin à ARN messager des laboratoires Pfizer BioNTech. C’est ce que confirme ce jeudi matin la directrice générale de la Haute Autorité de santé, Dominique Le Guludec lors d’une conférence de presse.

Pour établir la place de ce vaccin dans la stratégie vaccinale, la HAS s’est appuyée sur les données cliniques transmises par les laboratoires Pfizer et BioNtech et sur le dossier de l’AMM. Et pour se prononcer sur son impact sur la stratégie vaccinale présentée le 30 novembre (lire sur AEF info), elle a mobilisé des modèles mathématiques développés à sa demande par l’Institut Pasteur et par l’EHESP.

recommandations confirmées

L’ensemble des résultats de cette modélisation conduisent la HAS à confirmer ses recommandations de priorisation des personnes les plus vulnérables et les plus exposées au risque de Covid-19 dans les phases 1, 2 et 3 de la vaccination, qui permettront "la plus grande réduction des formes sévères et des décès". Ces recommandations s’appliquent donc alors que ce premier vaccin autorisé peut être utilisé chez les personnes âgées de 16 ans et plus.

risque de transmission après vaccination

Les modèles utilisés pour les recommandations de stratégie vaccinale seront "régulièrement revus" et "adaptés pour tenir compte des nouvelles données disponibles", notamment sur la question des effets du vaccin sur la transmission du virus. La stratégie sera revue "notamment au regard des résultats complets des essais de phase III de chaque candidat vaccin et des données épidémiologiques, en ce qui concerne l’impact du vaccin sur la transmission du SARS-Cov2".

En effet, "ce qu’il manque le plus dans les données dont nous disposons actuellement, c’est l’impact de cette vaccination sur le risque de transmission", précise Élisabeth Bouvet, présidente du comité technique des vaccinations au sein de la HAS. Ce qui l’incite à demander aux personnes vaccinées de "maintenir l’ensemble des gestes barrière et des mesures de distanciation physique, puisque l’on ignore si ce vaccin va empêcher la survenue de formes asymptomatiques".

un vaccin "efficace" et bien toléré

"Les résultats des études cliniques ont un recul de 1,5 mois et démontrent chez l’adulte que ce vaccin, administré en deux doses espacées de 21 jours, est efficace à 95 % pour se protéger des formes symptomatiques de la Covid-19", souligne la HAS dans un communiqué. Le vaccin Comirnaty® est efficace quels que soient l’âge des personnes, y compris chez celles de plus de 75 ans, leur sexe, leur indice de masse corporelle et leurs éventuelles comorbidités.

Outre l’efficacité "importante qui dépasse les 90 % dans tous les groupes d’âge, notamment les plus de 75 ans", observe Élisabeth Bouvet, le vaccin Pfizer BioNtech présente également un profil de tolérance jugé "satisfaisant" tant pour les personnes jeunes que pour les plus âgées. Les effets secondaires dus au vaccin demeurent minimes et habituels avec de rares effets indésirables graves documentés et en lien avec des antécédents graves d’allergies (1).

vaccination en fonction du bénéfice risque individuel

Concernant la vaccination des personnes ayant déjà développé une forme symptomatique de la Covid 19, la HAS souligne qu’il "n’y a pas lieu, à ce stade, de vacciner systématiquement ces personnes,". Elles doivent néanmoins pouvoir être vaccinées "si elles le souhaitent à l’issue d’une décision partagée avec le médecin". La HAS recommande seulement dans ce cas de figure de respecter "un délai minimal de trois mois après le début des symptômes" avant de procéder à la vaccination et "de ne pas vacciner en présence de symptômes persistants".

"Les médecins doivent pouvoir proposer la vaccination au cas par cas, sur la base de la balance bénéfices/risques individuelle, chez les patients pour lesquels les risques liés à la Covid-19 apparaissent majeurs, au regard de la présence de facteurs de vulnérabilité très particuliers et/ou de certaines comorbidités, augmentant le risque chez ces sujets de forme sévère de Covid-19 (dès lors que les doses de vaccins seront disponibles et accessibles)", précise la HAS qui propose par ailleurs aux médecins un document rédigé sous forme de questions/réponses pour les aider dans leurs démarches vis-à-vis des patients.

(1) L’utilisation de ce vaccin n’est pas recommandée chez les personnes présentant des antécédents de manifestations graves d’allergie de type anaphylactique, compte tenu des rares cas rapportés en Grande-Bretagne. Des données complémentaires sont attendues sur le sujet

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Corinne Duhamel, journaliste