Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page

Avoir un enfant scolarisé représente un sur-risque d’infection à la Covid-19 (étude de l’Institut Pasteur)

"Avoir un enfant scolarisé représente un sur-risque" d’être infecté par la Covid-19, déclare le 17 décembre 2020 sur LCI l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, un des auteurs d’une étude de l’Institut Pasteur sur les lieux de contamination. Ce lien concerne seulement les enfants scolarisés en maternelle, collège et lycée. L’étude montre également que les enseignants font partie des professions moins à risque d’attraper l’infection. Cela suggère que "les enseignants et instituteurs arrivent à se protéger efficacement contre les risques d’infection dans leur environnement professionnel".

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Enseignement / Recherche
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Arnaud Fontanet, professeur à l’Institut Pasteur et au Conservatoire national des arts et métiers, membre du groupe consultatif européen sur le Covid-19 Collège de France

L’Institut Pasteur, en partenariat avec la Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam), Santé publique France et l’institut Ipsos, ont rendu publics, le 17 décembre 2020, les résultats d’une étude épidémiologique, baptisée ComCor, sur les circonstances et les lieux de contamination par le virus de la Covid-19.

L’objectif de cette étude, réalisée pendant le couvre-feu et le confinement partiel, est d’identifier les facteurs socio-démographiques, les lieux fréquentés et les comportements associés à un risque augmenté d’infection par le Covid.

les enfants augmentent le risque covid sauf en élémentaire

L’étude révèle que le risque d’infection augmente avec le nombre croissant de personnes vivant dans le foyer, et notamment la présence d’enfants scolarisés en maternelle, collège et lycée. En d’autres termes, "avoir un enfant scolarisé représente un sur-risque" d’être infecté par la Covid-19, résume le 17 décembre 2020 sur LCI Arnaud Fontanet, de l’unité d’épidémiologie des maladies émergentes de l’Institut Pasteur, un des auteurs de l’étude.

"On peut imaginer que les enfants s’infectent à l’école, reviennent à la maison, n’appliquent plus les gestes barrières et ils s’infectent. En revanche, à l’école, ils portent un masque ainsi que les enseignants et c’est pour cela que les enseignants ne sont pas infectés", précisent Arnaud Fontanet, aussi membre du Conseil scientifique Covid.

"Il est difficile d’interpréter l’absence de sur-risque associé aux enfants scolarisés dans le primaire [élémentaire]", écrivent les auteurs mais, sur LCI, Arnaud Fontanet, évoque une hypothèse : "On sait que les enfants de moins de 10 ans sont moins contagieux et, comme ils portent un masque à l’école, quand ils reviennent à la maison, même sans gestes barrières et même s’ils sont infectés, ils sont moins contagieux. Alors que pour les plus petits, en maternelle, même s’ils sont moins contagieux, le fait que les parents aient des contacts très étroits avec eux, l’infection passe".

les enseignants sont parmi les professions les moins à risque

Les chercheurs ont également identifié les professions qui présentent un risque moins élevé d’infection par la Covid, par rapport aux cadres de la fonction publique, pris en référence car ayant un risque moyen.

Parmi les professions citées figurent les enseignants à l’école. Ce résultat suggère que "les enseignants et instituteurs arrivent à se protéger efficacement contre les risques d’infection dans leur environnement professionnel".

De toutes les circonstances analysées, les réunions privées sont celles à qui la plus grande part des infections (19 %) peut être attribuée pendant la période d’étude.

Les auteurs soulignent que les résultats de cette étude sont "dans l’ensemble cohérents et conformes aux données très limitées de la littérature sur le sujet" mais appellent à rester "prudents" sur l’interprétation des résultats en raison de biais.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Cécile Olivier, journaliste