Continuer sans accepter

Bonjour et bienvenue sur le site d’AEF info
Vos préférences en matière de cookies

En plus des cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, le groupe AEF info et ses partenaires utilisent des cookies ou des technologies similaires nécessitant votre consentement.

Avant de continuer votre navigation sur ce site, nous vous proposons de choisir les fonctionnalités dont vous souhaitez bénéficier ou non :

  • Mesurer et améliorer la performance du site
  • Adapter la publicité du site à vos centres d'intérêt
  • Partager sur les réseaux sociaux
En savoir plus sur notre politique de protection des données personnelles

Vous pourrez retirer votre consentement à tout moment dans votre espace « Gérer mes cookies ».
Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Protection sociale| Dépêche n°641847

Les employeurs territoriaux prêts à financer 20 % du régime prévoyance de leurs agents, mais pas avant 2025

La participation des collectivités à la couverture prévoyance pour leurs agents pourrait être fixée à 20 % - et non 50 % comme indiqué initialement - d’une offre "socle" en 2025, d’après un document de travail de la coordination des employeurs territoriaux, daté du lundi 14 décembre. S’agissant de la couverture santé, les élus locaux sont favorables à la mise en place d’une participation d’un montant similaire – 50 % d’un panier de soins – mais à l’horizon 2027, le sujet leur paraissant moins prioritaire que la prévoyance.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoi du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

La prévoyance doit permettre de protéger les agents contre les accidents de la vie, estiment les employeurs territoriaux Droits réservés - DR - © @cbrossel

[Mise à jour le 14 décembre 2020 à 19h30 : s’agissant de la couverture prévoyance, la coordination défend la prise en charge à hauteur de 20 % et non de 50 % comme nous l’avions initialement indiqué]

Une nouvelle obligation oui, mais pas avant 2025 pour la prévoyance et 2027 pour la santé. Les employeurs territoriaux posent leurs conditions à une participation à la protection sociale complémentaire de leurs personnels. Ils doivent s’entretenir avec elle ce lundi 14 décembre en fin de journée et devraient évoquer certains points techniques du futur système qui figurent dans la note de la DGCL (direction générale des collectivités locales) du 25 novembre (lire sur AEF info).

Le gouvernement doit prendre une ordonnance sur la PSC dans la fonction publique avant le 7 mars 2021 et devrait présenter un projet de texte aux membres du conseil commun de la fonction publique courant janvier (lire sur AEF info).

priorité à la prévoyance

Pour le porte-parole de la coordination, les caractéristiques de la fonction publique territoriale (bas niveaux de salaires, familles monoparentales, pyramide des âges, pénibilité) nécessitent de mettre en priorité l’accent sur la prévoyance, afin d’assurer une protection de leurs agents contre les accidents de la vie. Ils seraient donc favorables à une participation obligatoire à hauteur de 20 % du coût d’une offre "socle" à l’horizon 2025.

Ce socle minimal de prévoyance comprendrait une garantie de salaire et un capital décès. Les employeurs souhaitent néanmoins conserver "une liberté de négocier les critères et paramètres dans le cadre du dialogue social pour prendre en compte la catégorie et le revenu de chacun, dans la progressivité de la prise en charge".

une échéance plus tardive pour la santé

En ce qui concerne le risque santé, la participation obligatoire répond à un objectif d’équité vis-à-vis du secteur privé, d’attractivité de la fonction publique territoriale et d’amélioration de la protection de leurs agents, souligne la coordination. Il insiste toutefois sur l’effort financier demandé aux collectivités, qui devra être pris en compte dans le cadre de la contractualisation financière avec l’État.

C’est pour cette raison que la propose de fixer à 50 % le montant minimal de participation des collectivités en 2027. De son côté, la DGCL évoquait une mise en place de cette nouvelle obligation dès 2024. Les caractéristiques de ce "socle minimum santé" seraient celles du panier de soins obligatoires qui s’applique aux employeurs privés. Le montant de la cotisation serait fixé à partir des résultats d’une étude d’impact censée évaluer "les coûts induits".

Précision importante, au sein de ce nouveau système de protection sociale complémentaire, les retraités et les familles auraient accès aux contrats groupe, mais sans participation obligatoire des employeurs. Pour ces derniers, le rôle de mutualisation et de "groupement d’achat " des centres de gestion est d’ailleurs essentiel. Les CDG "peuvent aider les communes de leur ressort à organiser la PSC, [à] négocier des contrats collectifs financièrement plus avantageux ou permettant davantage de prestations", estime le porte-parole de la coordination.

liberté de choix entre labellisation et contrat

Par ailleurs, les employeurs territoriaux réclament le maintien du double dispositif de convention ou de labellisation créé par le décret du 8 novembre 2011 afin de laisser chaque collectivité choisir le système qui lui convient le mieux.

Enfin, ils rappellent leur souhait que chaque collectivité organise un débat sur la PSC en début de mandat ou dans l’année qui suit la publication de l’ordonnance. Cet effort doit "être mis en valeur et pouvoir faire l’objet de choix politiques forts pouvant aller au-delà des minima légaux."

Quelle différence entre labellisation et conventionnement ?

 

Dans le cadre de la procédure de labellisation, la collectivité prend en charge une partie de la cotisation prévue par le contrat choisi par ses agents. Le contrat doit répondre à certaines conditions de solidarité (il est dit "solidaire et responsable") et figurer sur la liste publiée par le ministère chargé des Collectivités territoriales. Le label est accordé aux assureurs, mutualistes et organismes de prévoyance par l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution pour trois ans.

La procédure de conventionnement consiste à mettre en concurrence plusieurs assureurs ou mutuelles qui remplissent ces mêmes conditions de solidarité. La collectivité ou le centre de gestion conclut avec l’opérateur sélectionné une convention de participation. Les employeurs peuvent proposer une participation financière aux agents qui choisissent d’adhérer à ce contrat collectif.

Dans les deux cas, l’adhésion des agents est individuelle et facultative.

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Florianne Finet, journaliste