Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Revenir en haut de la page
Home| Social / RH| Politiques de l’emploi| Dépêche n°640698

Le détail de la nouvelle aide exceptionnelle aux permittents et du renforcement annoncé du Plan jeunes

Lors d’une conférence de presse consacrée à la situation sanitaire et économique, jeudi 26 novembre 2020, Jean Castex et sa ministre du Travail, Élisabeth Borne, ont annoncé de nouvelles mesures temporaires pour répondre à l’urgence sociale du moment. En premier lieu, une aide exceptionnelle est destinée aux permittents qui ne parviennent plus à enchaîner les contrats courts. Ensuite, le gouvernement va renforcer les dispositions du plan Jeunes, notamment en élargissant les possibilités de soutien financier pour les jeunes accompagnés vers l’emploi.

   Merci de découvrir AEF info !

Cette dépêche est en accès libre.

Retrouvez tous nos contenus sur la même thématique.

Tester AEF info pendant 1 mois
Test gratuit et sans engagement
  • Thématiques
  • Coordonnées
  • Création du compte

Thématiques

Vous demandez à tester la ou les thématiques suivantes*

sur5 thématiques maximum

1 choix minimum obligatoire
  • Social / RH
  • 👁 voir plus
    ✖ voir moins

Fréquence de réception des emails*

Un choix minimum et plusieurs sélections possibles. Vous pourrez modifier ce paramétrage une fois votre compte créé

Un choix minimum obligatoire

* Champs obligatoires

Coordonnées

Renseignez vos coordonnées*

Veuillez remplir tous les champs
Votre numéro de téléphone n'est pas valide

* Champs obligatoires

Création de compte

Tous les champs sont obligatoires
Votre adresse e-mail n'est pas valide
Seulement les adresses e-mails professionnelles sont acceptées

Cette adresse vous servira de login pour vous connecter à votre compte AEF info

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont au moins 1 chiffre
Ces mots de passe ne correspondent pas. Veuillez réessayer

Votre mot de passe doit contenir 8 caractères minimum dont 1 chiffre

En validant votre inscription, vous confirmez avoir lu et vous acceptez nos Conditions d’utilisation, la Licence utilisateur et notre Politique de confidentialité

* Champs obligatoires

Valider

Merci !

Nous vous remercions pour cette demande de test.

Votre demande a été enregistrée avec l’adresse mail :

Nous allons rapidement revenir vers vous pour vous prévenir de l’activation de votre nouvel accès.

L’équipe AEF info


Une erreur est survenue !

Une erreur est survenue lors de l'envoie du formulaire. Toutes nos excuses. Si le problème persiste, vous pouvez nous contacter par téléphone ou par email :
 service.clients@aefinfo.fr  01 83 97 46 50 Se connecter

Élisabeth Borne, lors de la conférence de presse sur la situation sanitaire et économique, jeudi 26 novembre 2020

Les permittents, qui alternent les contrats courts et les périodes de chômage, connaissent un "trou d’air" avec la crise. "Certains travailleurs peuvent être particulièrement affectés par la crise. Je pense aux saisonniers ou à certains Français qui travaillaient beaucoup en enchaînant des contrats courts et des périodes de chômage. C’est le cas des extras de la restauration et de l’événementiel mais aussi des intérimaires", a expliqué la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion, lors d’une conférence de presse sur la situation économique et sanitaire avec Jean Castex, jeudi 26 novembre 2020 .

aide exceptionnelle pour les permittents

Le gouvernement décide de créer une aide exceptionnelle jusqu’à fin février pour garantir un revenu minimum mensuel de 900 euros. Pour y accéder, la première condition est d’avoir travaillé au moins 60 % des jours de l’année 2019 et la seconde est d’avoir un revenu sous forme d’allocation ou de revenu d’activité qui ne dépasse pas 900 euros.

En pratique, une personne qui ne perçoit aucun revenu, recevra une aide de 900 euros net. Si elle perçoit une allocation ou un revenu d’activité inférieur à 900 euros, l’aide correspondra à la différence permettant d’atteindre une rémunération nette de 900 euros par mois. S’il y a une reprise d’emploi, ne seront pris en compte dans le calcul de l’aide, que 40 % des revenus d’activité pour ne pas désinciter les personnes à reprendre une activité. Proposée automatiquement, l’aide sera versée par Pôle emploi ; un premier versement sera effectué fin décembre ou début janvier pour les mois de novembre et décembre, puis le versement se fera mensuellement pour les mois de janvier et de février.

Le ministère indique qu’il est difficile d’évaluer précisément le nombre de personnes susceptibles de bénéficier de cette aide exceptionnelle, l’estimant à 350 000 personnes. Dans une interview aux Échos ce jeudi, la ministre du Travail a évoqué un total de 300 000 bénéficiaires dont 70 000 jeunes, le Premier ministre ayant, lui, annoncé le chiffre de 400 000 personnes potentiellement éligibles. Quoi qu’il en soit, l’enveloppe financière n’est pas fermée et cette aide sera financée a minima jusqu’à février inclus.

compléter le Plan jeunes

Si le Plan jeunes commence à porter ses fruits notamment en termes d’embauche et d’alternance, il "faut encore compléter le dispositif" pour mieux articuler l’accompagnement des jeunes et leurs besoins de soutien financier. "Nous voulons garantir à chaque jeune qui s’engage dans un parcours vers l’emploi un accompagnement par un conseiller et un soutien financier de près de 500 € par mois en fonction de ses besoins", a en outre précisé Élisabeth Borne, lors de la conférence de presse avec le Premier ministre.

"Par exemple, il y a des dispositifs en amont de la formation, comme le pré-apprentissage, qui ne sont pas assortis d’allocation", illustre-t-on rue de Grenelle. "Et il y a des accompagnements renforcés qui ne sont pas assortis d’une allocation comme l’AIJ assuré par Pôle emploi ou l’accompagnement renforcé de l’Apec", poursuit l’entourage d’Élisabeth Borne. L’objectif est de "systématiser le fait que chaque jeune, en fonction de ses besoins, pourra se voir proposer et un accompagnement adapté, et s’il y a lieu, un soutien financier".

extension du barème des stagiaires de la formation

En premier lieu, le barème des stagiaires de la formation professionnelle va être étendu à tous les dispositifs qui s’apparentent à de la formation professionnelle et qui sont en amont, tels que le pré-apprentissage ou les parcours dans les Epide et les écoles de la 2e chance. 35 000 jeunes pourraient être concernés par cette mesure pour un montant de 90 millions d’euros financés par redéploiement des crédits du PIC.

Ensuite, "nous généralisons le fait qu’en face des accompagnements, il puisse y avoir un soutien financier si la situation du jeune le nécessite". Le Pacea servira d’outil pour mettre en œuvre cette stratégie. Ainsi, pour tout accompagnement, même s’il n’est pas assuré par les missions locales en charge du Pacea, le dispositif pourra être activé. "Par exemple, pour un jeune diplômé suivi par Pôle emploi, si le conseiller repère un souci financier, il mettra le jeune en contact avec la mission locale pour examiner sa situation financière et le cas échéant, déclencher une aide Pacea" qui sera versée par l’ASP, illustre-t-on au ministère. L’idée est d’étendre ce qui est mis en œuvre dans les missions locales à Pôle emploi et l’Apec, en s’appuyant sur le savoir-faire des missions locales. Quelque 40 000 jeunes pourraient être concernés.

pacea et garantie jeunes

De plus, sur le Pacea toujours, le gouvernement prévoit d’augmenter l’enveloppe des allocations pouvant être versées aux jeunes. Actuellement, l’allocation Pacea est plafonnée à trois fois le RSA sur douze mois glissants, soit un peu moins de 1 700 euros au total. À l’avenir, le plafond passera à un maximum de six RSA. Au total, l’exécutif prévoit un budget de 140 millions d’euros pour augmenter la capacité de soutien financier des jeunes qui en ont besoin.

Enfin, comme annoncé par le Premier ministre, en plus de 50 000 bénéficiaires déjà actés dans le Plan de relance pour 2020, il est prévu 50 000 bénéficiaires de la Garantie jeunes pour l’an prochain. Dans le détail, cela correspond à un équivalent de 50 000 contrats supplémentaires qui servira soit effectivement à augmenter le nombre d’entrées, soit à prolonger les contrats. Pour mémoire, la Garantie jeunes est un contrat de 12 mois qui peut être prolongé de 6 mois. "Trop souvent, on s’interdit de prolonger ces contrats" alors que cela serait nécessaire, indique-t-on rue de Grenelle. Le budget annoncé est de 280 millions d’euros.

rallonge budgétaire pour les missions locales

Mises à contribution tant sur la Garantie jeunes que sur le Pacea, les missions locales devraient bénéficier d’une nouvelle rallonge budgétaire pour pouvoir assurer leurs missions ; pour l’heure, le montant de l’enveloppe n’est pas annoncé. Au-delà de ces mesures temporaires d’urgence pour l’accompagnement des jeunes, le ministère confirme qu’une réflexion est en cours actuellement pour simplifier les dispositifs et mieux articuler les logiques d’accompagnements et de rémunérations (lire sur AEF info).

à lire aussi
Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Jérôme Lepeytre, journaliste