Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

La région Hauts-de-France pilote un plan d’amélioration de la qualité de l’air dans ses lycées

La région Hauts-de-France mène un plan de rénovation des fenêtres et de l’aération dans ses lycées. "Nous savons où cibler les travaux, après avoir réalisé un état des lieux dans nos 262 établissements", explique Manoëlle Martin, vice-présidente (LR), jointe par AEF info. Ce diagnostic, qui correspond à une obligation réglementaire, prend un relief particulier en raison de la pandémie. "Il y a encore six mois, une fenêtre qui n’ouvrait pas, ce n’était pas grave, aujourd’hui, ça le devient", résume la VP. La collectivité doit réparer 17 % des 23 000 fenêtres des lycées et en rendre accessibles 16 %. Les 12 000 bouches et grilles d’aération ont aussi été auscultées : 11 % doivent être réparées, 21 % désencrassées. La question de la pollution de l’air intérieur, par les produits d’entretien ou du mobilier neuf, est aussi abordée avec les établissements pour diffuser des bonnes pratiques.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
L’ONG Robin des bois publie des diagnostics de pollution de bâtiments scolaires en Ile-de-France

Dans le cadre de sa campagne d’information sur l’empreinte des activités industrielles du XIXe et XXe siècle sur les bâtiments scolaires, l’association environnementale "Robin des bois" publie, jeudi 16 novembre 2017, des diagnostics de pollution de bâtiments scolaires en Ile-de-France. Selon les résultats de ces diagnostics, réalisés sous l’égide du ministère de l’Écologie depuis 2012, 58 % des établissements franciliens (hors Paris intra-muros) doivent faire l’objet "d’une vigilance renforcée sur le long terme" pour "réduire le transfert de polluants" dans les salles de classe, les cours de récréation et les logements de fonction. Les polluants majeurs sont les hydrocarbures, les solvants chlorés et le plomb, rapporte l’ONG, qui avait publié en septembre 2017 des diagnostics concernant des établissements des Hauts-de-France et de Paca (lire sur AEF info).

Lire la suiteLire la suite