Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

"Il faut progresser sur l’attractivité des métiers d’encadrement et sur la fluidité des carrières" (L. Tarlet, IGÉSR)

"Pour l’instant, il n’y a pas, dans l’Éducation nationale, une culture partagée et unanime de l’encadrement", déclare à AEF info le 26 novembre 2020, Lionel Tarlet, IGÉSR et secrétaire général de l’atelier "encadrement" du "Grenelle de l’éducation". Le métier de cadre s’avère "peu attractif" car il est "mal connu", se heurte encore à "une image parfois négative" et souffre d’un cloisonnement de grades qui restreint l’accès à ces postes. Au-delà de mesures visant à accroître l’attractivité de ce métier, les membres de l’atelier (1) proposeront également des pistes pour "fluidifier les carrières". L’atelier discute aussi de la formation des enseignants et des cadres, du repérage des viviers et des compétences requises pour les métiers de l’encadrement. Lionel Tarlet estime qu’il "faut encourager la diversité des profils de cadres".

Lionel Tarlet, IGESR Droits réservés - DR

AEF info : Vous avez animé deux réunions de l’atelier "encadrement" du Grenelle de l’éducation. Comment abordez-vous ce sujet ?

Lionel Tarlet : Pour l’instant, il n’y a pas, dans l’Éducation nationale, une culture partagée et unanime de l’encadrement, même si on note des évolutions. Ce qui me frappe, dans l’atelier, c'est qu’on peut désormais parler de "management" ou de "leadership" sans que ces expressions soient considérées comme des gros mots !

On ne peut envisager l’acte d’enseigner sans les fonctions d’encadrement, parce que tout enseignant doit pouvoir aspirer à exercer un jour des responsabilités dans l’encadrement. L’efficacité de l’école tient à la fois de l’évaluation de l’acte pédagogique et de l’encouragement des initiatives. Pourtant, de nombreux personnels (enseignants, CPE, etc.) hésitent ou ne souhaitent pas franchir le pas pour devenir cadres.

AEF info : Pour quelles raisons le métier de cadre (personnel de direction, personnel d’inspection ou cadre administratif) est-il peu attractif ?

Lionel Tarlet : Un enseignant qui devient cadre doit réaliser une conversion professionnelle, qui peut être une conversion identitaire difficile et on se heurte encore à des représentations fondées sur une image négative du chef : "celui qui est passé de l’autre côté".

Les missions de cadre de proximité sont par ailleurs souvent méconnues et le cloisonnement des grades restreint aussi l’accès à l’encadrement. La porosité est faible par exemple entre le premier et le second degré, ou entre le champ pédagogique et l’administratif. La charge de travail et la crainte de délaisser les missions pédagogiques au profit de l’administratif peuvent également freiner les candidats aux postes d’encadrement.

En outre, la mobilité géographique imposée pour les cadres peut avoir pour corollaire de nombreuses contraintes, comme la difficulté familiale ou une perte de pouvoir d’achat. L’absence d’accompagnement des conjoints dans cette mobilité constitue par exemple une lacune, qui a été soulevée dans l’atelier.

AEF info : Quels sont les autres freins ?

Lionel Tarlet : Les personnels ont l’impression d’une irréversibilité dans les décisions prises une fois qu’un personnel accepte une fonction d’encadrement. Il devrait pourtant être possible que, dans un parcours d’évolution professionnelle, la courbe soit irrégulière ou discontinue, pourvu qu’elle soit ascendante. Or les ruptures de continuité sont encore peu acceptées dans l’Éducation nationale.

 

"Il faut encourager la diversité des profils de cadres."

Notre atelier proposera des mesures pour faciliter ce passage vers des postes d’encadrement et franchir ainsi le Rubicon. Nous devrons progresser sur l’attractivité des métiers d’encadrement - qui sont mal connus - et sur la fluidité des carrières pour les personnels. Le métier de cadre est perçu comme un corps de débouché, or, il faudrait travailler sur des possibilités de 3e ou 4e carrière qui suivraient cette étape, vers d’autres ministères ou vers l’étranger par exemple. Nous avons encore au moins deux réunions pour élaborer des propositions concrètes sur tous ces aspects.

AEF info : Comment améliorer l’accompagnement des personnels enseignants pour recruter de nouveaux cadres ?

Lionel Tarlet : L’enjeu est de mieux acculturer les enseignants aux fonctions de management. Les fonctions d’encadrement pourraient par exemple être abordées dans leur formation continue. Lors de l’atelier, nous avons évoqué le cas intéressant de Singapour qui a déployé le Leaders in Education, dans lequel la préparation à l’exercice d’un métier de cadre constitue un élément clé de la formation des enseignants.

Il faut aussi progresser sur le repérage de viviers de cadres. C’est ce que font d’ailleurs les académies qui expérimentent les "missions académiques de l’encadrement" qui repèrent les cadres potentiels et les accompagnent (lire sur AEF info).

AEF info : La question des compétences minimales et de la formation des cadres, qui n’est pas toujours organisée, a été abordée par les membres de l’atelier. Qu’en ressort-il ?

Lionel Tarlet : Nous avons en effet discuté de la tension entre les compétences pédagogiques et les autres compétences transversales (animation d’équipes, sens du dialogue social, coopération, conduite de projets, etc.) pour un cadre. On a tendance à dire que le pilotage doit être pédagogique pour pouvoir encourager les professeurs à donner le meilleur et faire réussir les élèves. Le profil serait donc plutôt un pédagogue mais est-ce qu’un attaché administration ne serait pas aussi légitime ? Et un gendarme pour occuper un poste de chef d’établissement ? Ce sont de vrais débats, mais je crois qu’il faut encourager la diversité des profils de cadres.

Actuellement, il y a trois voies d’accès pour prendre des fonctions d’encadrement : le concours, le détachement ou la liste d’aptitude. Il faudrait sûrement clarifier ces différentes voies d’accès pour que les candidats aient une meilleure visibilité sur ces métiers d’encadrement. On voit par exemple que certains chefs d’établissement "faisant fonction" échouent au concours des personnels de direction, or, ils ont sûrement des compétences à valoriser sur leur expérience. Il va falloir résoudre la discordance entre les compétences acquises et le concours.


(1) L’atelier est présidé par Pascal Papé qui est l’ancien capitaine de l’équipe de France de rugby et qui dirige aujourd’hui la formation du Stade français Paris. Le secrétaire général de l’atelier est Lionel Tarlet, IGESR. Sont représentés dans l’atelier : l’IH2EF, les personnels de direction et directeurs d’écoles, les inspecteurs, les Dasen, les enseignants, les entreprises et les parents d’élèves.

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Cécile Olivier, journaliste