Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

PLF 2021 : comment sont répartis les 128,4 M€ de moyens nouveaux aux établissements ?

Ce sont 128,4 M€ de moyens nouveaux qui sont répartis pour 2021 au travers de la subvention pour charge de service public (refontes indemnitaires et repyramidage prévus par la LPR, loi ORE, réforme de santé, CPP, compensation PPCR, mesures d'actualisation et plan de relance), indique le MESRI dans sa note aux membres du Cneser, portant sur la répartition des moyens 2021. Le ministère précise qu'il faudra ajouter à ce montant des crédits distribués hors SCSP : dialogue stratégique et de gestion, augmentation de l'effort de recherche (crédits LPR) ou créations de places 2021 (plan de relance).

"Le budget 2021 de l'enseignement supérieur est en forte croissance (lire sur AEF info)", se réjouit le MESRI dans sa note au Cneser sur la répartition des moyens 2021 aux établissements. Il rappelle que les crédits du programme 150 (formations supérieures et recherche universitaire) augmentent de 242,8 M€ en CP (+1,76 %) par rapport à la LFI 2020 (1), ceux du programme 231 (Vie étudiante) de 135,4 M€ en CP (2). Ils sont complétés par les crédits du plan de relance (3).

128,4 M€ de moyens nouveaux dans la SCSP

Comment sont répartis les moyens nouveaux 2021 attribués via la subvention pour charge de service public, entre les établissements ?

  • Mise en œuvre de la loi ORE : 15,5 M€

15,5 M€ sont alloués au titre de l'extension en année pleine des financements pérennes attribués en 2020, dont 12,2 M€ pour le financement de places supplémentaires en premier cycle universitaire dans les filières en tension et 3,3 M€ pour des dispositifs d'accompagnement et parcours de réussite ("oui si").

  • Réforme des modalités d'accès aux études de santé : 14,8 M€

14,8 M€ sont alloués au titre de l'extension en année pleine des financements attribués en 2020 afin de mettre en œuvre la réforme des études de santé (créations de licences avec option accès santé).

  • Congés pour projet pédagogique : 3 M€

Le dispositif de formation applicable aux enseignants-chercheurs et aux autres personnels chargés de fonctions d'enseignement dans les établissements d'enseignement supérieur a été mis en œuvre par l'arrêté du 30 septembre 2019 et traduit l'engagement du ministère en faveur de la reconnaissance de l'engagement pédagogique des personnels. 3 M€ sont alloués au titre de l’extension en année pleine des financements attribués en 2020 à ce titre.

  • Revalorisations indemnitaires (LPR) : 56,3 M€

Les pré-notifications des subventions 2021 intègrent le financement de la refonte indemnitaire pour les enseignants-chercheurs et les enseignants du second degré (52 M€) d’une part, et des agents Biatss (4,1 M€), d’autre part, ainsi que du repyramidage des emplois dans la filière ITRF (0,2 M€).

  • Mise en œuvre du PPCR : 8,9 M€

Les établissements bénéficieront d’une compensation au titre des revalorisations indiciaires et des créations d’échelons et de grades qui entreront en vigueur en 2021 (maîtres de conférences, enseignants du second degré et personnels Biatss), ceci à hauteur de 8,9 M€ au total.

  • Actualisations et mesures diverses : 3,4 M€

Les actualisations et mesures diverses s’élèvent à 3,4 M€. Elles correspondent à des ajustements de crédits relatifs à différents dispositifs, notamment ceux concernant les emplois à gestion nationale tels que les personnels de santé, les astronomes et physiciens et les contrats doctoraux gérés par le ministère sur appel d’offres. Elles intègrent également en 2021 une compensation allouée au titre de la révision de l’ IFSE, prévue par l’article 3 du décret du 20 mai 2014 portant création du Rifseep, qui concernera le corps des infirmiers.

  • Plan de relance : 26,4 M€

Les crédits prévus dans le cadre du plan de relance pour les créations de places de la rentrée 2020 sont intégrés aux pré-notifications pour un montant total de 10,4 M€. Et le fonds d’amorçage de 1 M€ qui sera versé à chaque porteur d’un projet d’hybridation sélectionné par la Dgesip figure également dans la pré-notification de ces établissements, pour un total de 16 M€.

Moyens complémentaires à venir

Le MESRI indique que "des notifications complémentaires" prendront en compte, notamment :

  • les moyens nouveaux alloués dans le cadre du dialogue stratégique et de gestion (4 M€ de moyens supplémentaires pour prendre en compte l’extension du périmètre du DSG à tous les établissements RCE de plus de 500 étudiants) ;
  • l’accompagnement de la trajectoire financière et salariale ;
  • l’augmentation de l’effort de recherche prévue par la LPR (dialogue contractuel, dotations aux laboratoires et dotations au démarrage) ;
  • ainsi que sur les crédits du plan de relance destinés aux créations de place à la rentrée 2021 (30 M€ dont une partie pour les instituts de formation aux soins infirmiers)".

Il précise aussi que "le financement des réformes statutaires de la LPR ne sera pas alloué dans le cadre du dialogue stratégique et de gestion mais fera l’objet d’une ventilation sur la base des effectifs des établissements" et que "la notification interviendra en cohérence avec la diffusion des modalités de mise en œuvre de ces mesures".

Enfin, s'agissant de la compensation de la prolongation des contrats doctoraux, post-doctoraux et d’ Ater en raison de la crise sanitaire, "les modalités seront précisées en fin d’année 2020".

La répartition des moyens nouveaux 2021 par établissement

Voici, établissement par établissement, les moyens nouveaux 2021 qui leur sont prénotifiés. Le total affiché correspond à la somme des crédits issus de la LPR, des crédits "loi ORE" et réforme des études de santé, de mesures RH diverses (actualisation, compensation PPCR, et congé pour projet pédagogique) et des crédits du plan de relance (AAP hybridation et places supplémentaires pour la rentrée 2020).

À noter que les EPE (établissements publics expérimentaux) sont intégrés ici à la liste des universités (à l'exception de l' IPP qui figure dans la liste des écoles d'ingénieurs). Tous reçoivent des moyens nouveaux directement, à l'exception de PSL. Tous aussi voient leurs établissements-composantes (écoles d'ingénieurs en majorité) bénéficier de moyens fléchés directement.

Les établissements, quelque soit leur statut, qui figurent dans les graphiques ci-dessous sans moyens nouveaux, le sont car ils bénéficient d'une subvention pour charge de service public.

Enfin, la baisse des moyens pour trois établissements s'explique par des mesures d'actualisation (Oniris, AgroParisTech et Comue Normandie Université)

Pour les universités, le total des moyens nouveaux 2021 s'élève à 114,8 millions d'euros, soit 89 % du total (128,4 M€).


Pour les écoles d'ingénieurs, le total des moyens nouveaux s'élève à 6,7 M€, soit 5 % du total.


Quelques Comue bénéficient de moyens nouveaux qui s'élèvent à un peu plus de 3 M€, soit 2 % du total.

S'agissant des IEP, ils se répartissent un total de 547 784 euros de moyens nouveaux, soit 0,4 % du total.


Enfin, les autres établissements (ENS, grands établissements divers, écoles françaises à l'étranger...) totalisent 3,3 M€ de moyens nouveaux, soit 3 % du total.


(1) Sous réserve de l’adoption du projet de loi de finances pour 2021 par le Parlement. L'augmentation en AE est de 175,2 M€ (+1,28 %).

(2) Mais la partie du programme 231 destinée au financement des établissements, elle, reste stable à 40 M€.

(3) 60 M€ pour la création de places, 35 M€ pour l'hybridation des formations et 2,7 Md€ pour la rénovation thermique des bâtiments.

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Anaïs Gérard, journaliste