Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Enseignement hybride au lycée : comment la région Île-de-France accompagne les établissements

"Il n’y avait pas d’autre choix que de donner de la souplesse aux établissements", estime Valérie Pécresse suite aux annonces de Jean-Michel Blanquer pour faciliter l’enseignement à distance (lire sur AEF info). Pour "accompagner" la mise en place des "demi-jauges" dans les lycées et garantir la "continuité pédagogique", la présidente de la région Île-de-France met à disposition des établissements micros, camera et clés 4G et poursuit l’équipement des élèves en ordinateur. Elle annonce des formations destinées aux enseignants et le recrutement d’assistants informatiques.

Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, détaille l'accompagnement apportée aux lycées Droits réservés - DR

"Respect du protocole sanitaire" et "souplesse dans l’organisation". Après avoir alerté en début de semaine sur l’incapacité pour la plupart des cantines de lycées franciliens de se conformer aux règles sanitaires applicables depuis début novembre (lire sur AEF info), Valérie Pécresse salue les annonces du ministre de l’Éducation facilitant la mise en place de "demi-jauges" dans les lycées (lire sur AEF info).

Il n’y avait "pas d’autre choix que de donner de la souplesse aux établissements", estime la présidente de la région Île-de-France qui, si elle a "toujours souhaité que les lycées restent ouverts pour éviter une génération sacrifiée", insiste sur la nécessité de respecter les mesures sanitaires (lire sur AEF info).

Un appui "sur-mesure" aux établissements

Parallèlement à la mise en place de classes à effectifs réduits, "la continuité pédagogique doit être [assurée] pour tous les élèves", souligne la présidente. Les lycéens "doivent continuer à être accueillis s’ils n’ont pas internet chez eux", poursuit-elle, appelant l’Éducation nationale à autoriser ces derniers ou ceux dépourvus de matériel informatique à "venir en présentiel à 100 %".

De son côté, la Région se montre soucieuse de répondre aux attentes de ses 465 lycées dans le respect de "l’autonomie des établissements", insiste Valérie Pécresse. Demi-jauges à la cantine, distribution de panier-repas, à prendre dans des classes, dans des locaux inoccupés ou des barnums chauffés : la Région promet du "sur-mesure" dans son accompagnement.

5 000 micros et 2 500 clés 4G mis à disposition

Dans la perspective de la mise en place d’un "enseignement hybride", la Région met à disposition des établissements quelque 5 000 micros sans fil, des webcams et 2 500 jeux de clés 4G. L’objectif affiché par Valérie Pécresse : faire en sorte que "100 % des lycées puissent faire cours en distanciel, en audio ou en vidéo". Aussi, la collectivité va proposer des formations en ligne aux enseignants, sur les outils numériques, la façon de filmer un cours ou de partager des ressources par exemple.

La création de brigades d’assistants informatiques

Autre objectif fixé par la responsable politique : "100 % des élèves avec un équipement numérique", qu’il s’agisse de matériel personnel ou alloué par la Région, d’ici janvier prochain. En ce sens, Valérie Pécresse rappelle avoir commandé 70 000 ordinateurs en septembre, afin d’équiper, en priorité, les élèves de 1re et terminale qui n’en auraient pas chez eux (lire sur AEF info). Et indique en avoir commandé 10 000 supplémentaires pour les élèves du supérieur dans les lycées.

Actant la nécessité de "ressources humaines nouvelles" dans un contexte d'"utilisation massive d’outils numériques en classe", Valérie Pécresse assure que des "assistants informatiques" seront "recrutés par territoire". Les "brigades" ainsi créées se déplaceront sur appel des chefs ou gestionnaires d’établissements, poursuit-elle, soucieuse de "soutenir les lycées dans cette période de transition numérique".

De plus, la Région se dit prête à accueillir, en janvier et juin prochains, les étudiants en informatique pour leur stage professionnalisant. Ceux-ci viendraient en complément de "professionnels techniques" pour faire fonctionner les ordinateurs et résoudre les "petits bugs", non pour assurer la maintenance du parc informatique, garantit Valérie Pécresse.

Plus de 3 M€ pour le remplacement des agents absents

Au-delà de la continuité pédagogique, Valérie Pécresse veut assurer un bon fonctionnement des établissements et met en avant sa "politique très dynamique de recrutement" d’agents dans les lycées (lire sur AEF info). Elle rappelle que depuis septembre, 240 agents ont ainsi été recrutés tandis que 200 autres remplacent "poste pour poste" des titulaires absents. Chaque lycée pourra recourir à l’intérim, insiste-t-elle, annonçant des contrats noués avec des agences.

"Du côté régional, il n’y aura aucune contrainte financière pour remplacer les agents", ajoute-t-elle, précisant qu’entre 3 M€ et 3,5 M€ de crédits supplémentaires sont ouverts pour de tels recrutements d’ici noël. Selon ses estimations, jusqu’à 7 ou 8 % des agents pourraient être absents au pic de la crise, sur les 8 600 que comptent les lycées.

100 000 tests antigéniques disponibles pour les lycées

La Région revendique un soutien sanitaire aux lycées avec la mise à disposition de 100 000 tests antigéniques afin de "tester toute la communauté éducative" par les infirmières scolaires, expose Marie-Carole Ciuntu, vice-présidente chargée des lycées. Valérie Pécresse veut "gagner la bataille des tests", dans la continuité de celle menée sur les masques au printemps (lire sur AEF info).

Avec "l’accord de l’ARS", ces tests sont mis à la disposition des établissements qui le souhaitent. "C’est important pour rassurer les professeurs, les élèves, les agents", défend Valérie Pécresse. D’après ses indications, 3 classes de lycées sont fermées à l’issue de cette semaine de reprise tandis que tous les établissements de la Région sont ouverts.

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Luce Burnod, journaliste