Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

Le projet de loi "Asap" définitivement adopté par le Parlement

Le projet de loi "Asap" a été formellement adopté en séance publique le 27 octobre 2020 au Sénat et le 28 octobre à l’Assemblée nationale. Sénateurs et députés s’étaient accordés sur une version de compromis, en commission mixte paritaire, le 21 octobre. Le texte comprend un volet concernant la simplification de la vie des entreprises avec des dispositions pour faciliter le développement de l’épargne salariale et la mise en place d’accords d’intéressement : report au 31 décembre 2021 du délai de négociation sur l’intéressement dans les branches et création d’une procédure d’agrément des accords de branche, transfert du contrôle sur le fond des accords aux caisses de recouvrement de la sécurité sociale… (lire sur AEF info). Il supprime ou fusionne un grand nombre de commissions consultatives, dont certaines dans le domaine des relations de travail.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Le projet de loi "Asap" prévoit de simplifier la mise en place de l’intéressement pour les TPE de moins de onze salariés

L’article 43 du projet de loi d’accélération et de simplification de l’action publique, baptisé "Asap", présenté le 5 février 2020 en Conseil des ministres, vise à encourager les TPE à mettre en place, pour la première fois, des dispositifs d’intéressement, en leur permettant de le faire au moyen d’une décision unilatérale de l’employeur. En effet, "seulement 3 % environ des salariés des entreprises de 1 à 9 salariés sont couverts par un accord d’intéressement en 2017 contre 30 % environ sur l’ensemble des entreprises", selon l’exposé des motifs. Cette mesure est "limitée aux entreprises de moins de onze salariés qui ne disposent pas d’instances représentatives de personnel, afin de ne pas ajouter un effet de seuil". Au bout de trois ans, le dispositif pourra être renouvelé, cette fois par voie d’accord.

Lire la suiteLire la suite