Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La FNMF réagit au vote d'une obligation de tiers payant sur les soins "100% santé" d'ici 2022

La FNMF, dans un communiqué publié mercredi 28 octobre, a commenté l’adoption deux jours plus tôt d’un amendement 1333.rect adopté dans le cadre du PLFSS 2021 (lire sur AEF info). Alors que cet amendement prévoit l’obligation d'ici 2022 de proposer une solution de tiers payant pour l’ensemble des soins 100 % santé, la fédération mutualiste souligne les mesures déjà prises en la matière par les mutuelles et pointe par ailleurs l’absence d’obligations pesant en retour sur les professionnels de santé.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à lire aussi
Les chirurgiens dentistes de France rappellent leur opposition au tiers payant obligatoire pour les praticiens

Dans un communiqué du 26 octobre 2020, le syndicat chirurgiens dentistes de France se félicite que l'amendement au PLFSS 2021 rendant obligatoire, pour tous les contrats responsables, la possibilité de réaliser du tiers payant sur les actes 100 % santé (lire sur AEF info), signifie que "les complémentaires ne pourront plus réserver le tiers payant aux seuls adhérents des réseaux". Elle se félicite qu'à ce stade, aucune obligation n'est instaurée pour les praticiens, "mais une facilitation pour ceux qui souhaitent le mettre en place". Les CDC rappellent ainsi leur opposition au tiers payant obligatoire pour les praticiens. Ils soutiennent cependant "la possibilité de le pratiquer, pour ceux qui le souhaitent, dans la mesure où il constitue un facilitateur salutaire d’accès aux soins buccodentaires pour de nombreux cabinets, tout particulièrement dans la période compliquée qui
s’annonce".

Lire la suiteLire la suite
à découvrir
La proposition de loi pour la création d'une carte vitale biométrique rejetée en commission des affaires sociales

La proposition de loi, portée par rapporteur Patrick Hetzel (LR), tendant à instituer une carte Vitale biométrique et adoptée en première lecture au Sénat, a été rejetée en Commission des affaires sociales ce mercredi 25 novembre 2020. Dans le cadre de la lutte contre la fraude sociale, la carte biométrique visait à instituer une carte vitale biométrique afin de lutter contre l’usage de cartes Vitale par des personnes qui n’en sont pas titulaires. Plusieurs ont particulièrement été débattus par les députés. Le député Pierre Dharréville (PCF, Bouches-du-Rhône) a estimé que cela mènerait à une "société du traçage". Michèle de Vaucouleurs (mouvement Démocrate, Yvelines) a mis également en avant que le dispositif de traitement des données proposé ne répond pas "au caractère particulièrement sensible". Le 21 mai 2019 au Sénat, une PPL similaire avait déjà été proposée.

Lire la suiteLire la suite