Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

The Shift project appelle à "analyser la pertinence énergétique" des projets de ville connectée

"La stratégie de la ville du futur, c’est une stratégie qui traite de transition numérique d’une part et de transition environnementale de l’autre. Or, ces dynamiques deviennent concurrentes et contraires si l’effort de conception et d’évaluation quantitative n’est pas fait avec une rigueur et une envergure suffisante", fait valoir The Shift project dans son rapport sur la sobriété numérique, publié jeudi 15 octobre 2020. Le think tank appelle à "évaluer et renforcer la pertinence énergétique des technologies connectées", et propose pour cela un cadre méthodologique.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement
à découvrir
La proposition de loi pour la création d'une carte vitale biométrique rejetée en commission des affaires sociales

La proposition de loi, portée par rapporteur Patrick Hetzel (LR), tendant à instituer une carte Vitale biométrique et adoptée en première lecture au Sénat, a été rejetée en Commission des affaires sociales ce mercredi 25 novembre 2020. Dans le cadre de la lutte contre la fraude sociale, la carte biométrique visait à instituer une carte vitale biométrique afin de lutter contre l’usage de cartes Vitale par des personnes qui n’en sont pas titulaires. Plusieurs ont particulièrement été débattus par les députés. Le député Pierre Dharréville (PCF, Bouches-du-Rhône) a estimé que cela mènerait à une "société du traçage". Michèle de Vaucouleurs (mouvement Démocrate, Yvelines) a mis également en avant que le dispositif de traitement des données proposé ne répond pas "au caractère particulièrement sensible". Le 21 mai 2019 au Sénat, une PPL similaire avait déjà été proposée.

Lire la suiteLire la suite