Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Service abonnements 01 83 97 46 50

Revenir en haut de la page

Finance for tomorrow lance un observatoire de la finance durable

Est-ce que les acteurs financiers français sont sur une bonne trajectoire climatique ? Leurs engagements environnementaux sont-ils suffisants ? L’observatoire de la finance durable, présenté le 29 octobre 2020 à l’occasion du Climate Finance Day, entend répondre à ces questions. Piloté par les équipes de Finance for tomorrow, cette plateforme fait appel aux contributions de nombreux acteurs français de la finance verte.

Un nouvel outil de suivi des engagements climatiques des acteurs de la finance est lancé ce jeudi à l'occasion du Finance Climate day qui se tient au Palais Brongniart à Paris.

Afin de suivre les engagements des banques, assureurs et investisseurs, Finance for tomorrow présente ce jeudi 29 octobre son observatoire de la finance durable. Cette plateforme numérique va recenser tout ce qui a été entrepris par les principaux acteurs financiers en matière de sortie du charbon, de transition vers une économie bas carbone, de gestion responsable et d’offres de produits de finance verte/durable. "C’est un pas majeur vers la transparence en matière de climat", se félicite Thierry Déau, président de Finance for tomorrow.

Des données actualisées à chaque nouvel engagement

Il sera ainsi possible de retrouver, pour chacun des acteurs, le montant des encours détenus concernés par une stratégie charbon, son exposition générale au secteur tout comme les montants déjà désinvestis. Pour la partie "transition vers une économie bas carbone", l’observatoire compilera les différents dispositifs mis en place par les acteurs de la place financière. Ainsi, pour chaque établissement, seront indiqués les financements dédiés à des projets d’énergies renouvelables, les placements verts proposés (green bonds, fonds à thématique environnementale, etc.) voire les crédits accordés aux particuliers pour des projets de rénovation énergétique.

Pour qu’un engagement soit intégré à l’observatoire, il faut qu’il ait fait l’objet d’une publication officielle de la part de l’acteur concerné. "Les données seront actualisées presque au fil de l’eau" souligne Pierre Ducret (I4CE) lors de la présentation de la plateforme.

En collaboration avec les fédérations partenaires - l’Association française de gestion financière (AFG), l’Association française des sociétés financières (ASF), la Fédération française de l’assurance (FFA), la Fédération bancaire française (FBF) et France Invest - l’observatoire présentera également des données agrégées par secteur.

une gouvernance par trois comités

Ce projet fait l’objet d’une triple gouvernance, avec trois comités qui font appel à bon nombre des spécialistes français de la finance durable.

  • le comité de pilotage, avec des membres permanents comme Finance for tomorrow, la FBF et Paris europlace, ainsi que des observateurs (l’Ademe, Pwc, l’ASF) ;
  • un comité scientifique et d’expertise présidé par Pierre-Louis Lions. Il rassemble un panel assez large d’acteurs de la finance verte. Lucie Pinson (Reclaim Finance), Michel Cardona (I4CE), Élise Calais (MTES), Charlotte Gardes (DG Trésor), Caroline Derelable (EY) en font notamment partie. Cette instance aura un avis avant tout consultatif, afin de "veiller à l’intégrité et à la rigueur scientifique de l’Observatoire" mais il formulera aussi des "recommandations destinées à l’amélioration de la qualité et de la pertinence des données". Les premières devraient être publiées en janvier 2021 ;
  • un steering comittee, composé des 8 membres du projet Finance ClimAct : Ademe, CGDD, 2Dii, AMF, ACPR, i4CE, Finance for tomorrow, Greenflex.

L’observatoire, dont le budget est estimé à 490 000 euros sur cinq ans, est financé à 54 % par le programme Life de la Commission européenne, qui a donné naissance au projet Finance ClimAct, et à 34 % par quatre fédérations professionnelles. Les 10 % restant proviennent de Finance for tomorrow.

Des objectifs sur cinq ans

Outre le suivi des engagements des acteurs jusqu’en 2025, l’équipe de Finance for tomorrow à l’origine du projet voudrait pouvoir appliquer les méthodologies de calcul d’alignement sur une trajectoire climatique, telles que Pacta ou Act, aux données individuelles et agrégées de l’observatoire. "Cela permettrait de savoir si les engagements pris par les acteurs financiers ont eu un réel impact en matière de climat."

Une autre piste de développement serait de se pencher davantage sur les engagements pris par les acteurs financiers concernant leur sortie des autres énergies fossiles, comme le pétrole et le gaz, et ne pas se contenter de leur seule politique charbon.

Fermer
Bonjour

Vous souhaitez contacter

Hugo Baudino, journaliste