Politique de cookies
Le groupe AEF info utilise des cookies pour vous offrir une expérience utilisateur de qualité, mesurer l’audience, optimiser les fonctionnalités et vous proposer des contenus personnalisés. Avant de continuer votre navigation sur ce site, vous pouvez également choisir de modifier vos réglages en matière de cookies.
Politique de protection des données personnelles

Paramétrer Tout accepter

Service abonnements 01 83 97 46 50

La hausse de la demande d’aide psychologique se heurte à la "très forte fragilité" des services de santé universitaires

Les études confirment ce que les acteurs de terrain ont relevé : le premier confinement a fortement impacté les étudiants sur le plan psychologique, avec des variations selon leur degré d’éloignement familial ou leurs conditions de vie matérielle. La santé mentale des étudiants est devenue un "réel sujet de préoccupation", selon Philippe Vendrix, président de l’université de Tours. Depuis l’annonce du reconfinement, les organisations de l’ESR appellent à maintenir le lien avec les étudiants, voire à faire revenir les plus fragiles sur les campus. AEF info fait le point sur la situation.

Cet article est réservé à nos abonnés

Que diriez-vous de découvrir nos services d’information en temps réel ainsi que les dossiers thématiques et les newsletters de nos rédactions ?
Nous vous invitons à formuler une demande de test pour accéder à AEF info.

Cette offre d’essai est gratuite et sans engagement